27/10/17

Soirée de soutien aux réfugiés palestiniens du Liban

Soirée de récolte de fond pour l’hôpital Al Shifa dans le camps de Nahr el Barad (Tripoli) au Liban, Bruxelles, 27 octobre à partir de 19h

Objectifs de la soirée : informer sur la situation des réfugiés palestiniens au Liban et récolter des fonds pour l'hôpital Human Call installé dans le camps de Nahr el Barid.

Au programme : témoignage, musique, restauration.

Lieu: Le Cercle, Rue Doyen Boone, 6 - 1040 Bruxelles

Entrée: € 5

Vous pouvez aussi faire un don en ligne via cette page ou verser votre contribution sur le compte n°BE15 0010 4517 8030 de M3M avec en communication "Don Human Call". Des dons à partir de 40 euros, donnent droit à une attestation fiscale.

Contexte

Le Liban est aujourd’hui le pays accueillant le plus de réfugiés proportionnellement à sa population. Sa complexité politique et son histoire en font un pays hostile pour les migrants. Les réfugiés Palestiniens en font les frais depuis des décennies à présent. Pour des raisons démographiques et politiques leurs droits civiques sont restreints (interdiction d’accéder à l’emploi, interdiction à la propriété…).

Le droit à la santé

Dans un pays en proie à la privatisation à tout va, le système de santé est inégal pour l’ensemble de ces citoyens . Il s’agit d’un système de santé de « classe ». En d’autres mots, au Liban, il faut être riche pour se soigner. Dans ce contexte, le droit et l’accès à la santé pour les populations les plus fragilisées dont font partie les réfugiés palestiniens et syriens ne sont pas respectés. Les conséquences sont parfois dramatiques pour ses personnes réduites à attendre l’aide d’ONG et autres pourvoyeurs privés manquant parfois d’une vision globale de leur santé. Face à ces énormes manquements, les Palestiniens s’organisent du mieux qu’ils peuvent à l’intérieur des camps là ou très souvent les autorités Libanaises et les secours refusent même de pénétrer. Ils ont du chercher des solutions seuls face au manquement de l’état Libanais. Le sort des habitants du camps de Nahr El Bared illustre ce manque d’accès aux soins. il n’y a pour les 50000 habitants du camps qu’un seul hôpital en construction. Pour rappel, ce camps été détruit par l’armée libanaise en 2007. Il est ,depuis, toujours en reconstruction. Au delà de la nécessité absolue de chercher une solution globale au problème des réfugiés palestiniens du Liban qui vivent une situation terrible et institutionnalisé depuis 70ans. On ne peut qu’encourager leurs efforts pour défendre eux-même leur droit et leur accès à la santé.

Soirée en collaboration avec M3M et intal Bruxelles Palestine

1409 views