BLOG

12/07

Un mouvement fort pour l'Afrique

J'ai eu la chance de participer à un atelier organisé par le PHM en Afrique sur la construction de mouvements sociaux du 26 au 30 juin 2016. Au menu, du partage d'expériences sur les thèmes des campagnes, du plaidoyer, du renforcement des capacités, de la gouvernance en santé, mais surtout beaucoup de réflexion pour savoir comment aller de l'avant avec le PHM en Afrique.

Health for All – NOW | La santé pour tous - MAINTENANT

PHM Afrique en mouvement

Le PHM (People's Health Movement, Mouvement populaire pour la santé) est un mouvement international qui a comme objectif la santé pour tous. Il existe des cercles PHM dans de nombreux pays. En rassemblant les représentants des cercles PHM de Zambie, du Kenya, du Zimbabwe, du Ghana, de Tanzanie, du Bénin, d'Afrique du Sud, mais aussi de République démocratique du Congo (RDC), le PHM voulait donner un nouveau souffle au mouvement en Afrique et mettre en contact ces activistes de la santé. Les représentants de RDC venaient des deux organisations partenaires de M3M: Étoile du Sud (EDS) et le CODIC. Erick est président d'EDS, Billy, responsable du mouvement des jeunes d'EDS, Gaston est le coordinateur du CODIC et Nicole la comptable du CODIC. Ils ont assisté aux premiers balbutiements du cercle PHM dans leur pays il y a près de 10 ans et voulaient d'une part partager leurs réussites et leurs échecs et, d'autre part, savoir comment renforcer cette dynamique tant au niveau national que régional. Comme les autres participants, ils ont présenté leur travail en RDC selon plusieurs angles : les campagnes et le travail de plaidoyer, les activités de renforcement de capacité, la production et la diffusion de connaissances et la gouvernance de la santé. Voici un aperçu de leurs principaux résultats.

Campagnes et plaidoyer

Pour présenter les résultats de leurs campagnes, la RDC a envoyé Billy au micro. Ce jeune motivé était fier de nous montrer ce qu'EDS avait pu mener comme campagnes, et plus particulièrement la campagne « Pas une maison sans droit à la santé ». C'est une campagne qu'il a lui-même participé à initier avec l'aide de deux bénévoles de M3M, Lut et Hugo, en 2015. Le but de la campagne, toujours en cours, est d'amener plus de jeunes à s'investir dans leurs quartiers et à participer à la vie politique et sociale. En faisant du porte-à-porte, des activités d'assainissement de grande ampleur, en sensibilisant les jeunes sur le rôle qu'ils ont à jouer pour améliorer leurs conditions de vie, cette campagne a permis de créer des « dynamiques de jeunes » dans tous les quartiers où EDS est actif. Des jeunes font maintenant partie de cadres de concertation qui réunissent les autorités locales et des représentants de la population. Des structures qui leur permettront de pouvoir parler des problèmes qu'ils rencontrent dans leurs quartiers (la non-collecte des déchets, les eaux stagnantes, les égouts bouchés, le difficile accès à des soins de santé, l'absence d'eau potable...) et de pouvoir trouver des solutions ensemble. Selon Billy, un grand changement par rapport au fatalisme ambiant!

Renforcement des capacités

Nicole du CODIC a quant à elle présenté les activités de renforcement des capacités mises en place par EDS et le CODIC. Autour de la salubrité, il s'agit de techniques d'assainissement afin d'offrir un environnement sain à la population. Dans le domaine de l'eau, les partenaires organisent de l'éducation sanitaire afin de prévenir les maladies hydriques et les maladies liées aux « mains sales ». Il y a eu également tout un processus d'apprentissage de méthodes de direction afin de structurer le mouvement à trois niveaux (local, intermédiaire et central) et de travailler pour que les jeunes initient des actions depuis leur conception jusqu'à leur évaluation. Enfin, Nicole a donné des exemples illustrant comment, à travers des formations et des activités stimulant la participation communautaire, des habitants des quartiers ont expérimenté un processus d'empowerment populaire, jusqu'à devenir de véritables militants. .

Production et diffusion des connaissances

Le coordinateur du CODIC, Gaston, a expliqué les différentes sources de production de connaissances pour le PHM Congo. Il a cité par exemple l'atelier sur le droit à la santé qui avait eu lieu en 2015 et qui avait réuni plusieurs délégués des provinces ainsi que les autorités publiques. Ceux-ci avaient formulé, sur base d'une enquête réalisée par EDS et le CODIC auprès de la population, plusieurs recommandations et résolutions concernant l'eau, la salubrité ainsi que la participation communautaire. Ensuite, il a mentionné également l’uniformisation des modules de formation sur le droit à la santé, sur la clinique mobile, sur les cadres de concertation, sur l'empowerment ainsi que sur la participation communautaire. Pour diffuser ces connaissances, plusieurs canaux sont utilisés: les sites web des organisations, les pages Facebook, les rapports, les cahiers de charge, les émissions de télévision, les échanges d'expériences, les lettres de nouvelles. Gaston conclut en disant que toutes ces connaissances stimulent l'empowerment des populations à la base.

Gouvernance de la santé

Erick, président d'EDS, a commencé par présenter la situation du système de santé en RDC. Celui-ci est caractérisé par les injustices, les inégalités sociales, la discrimination dans l'accès aux soins de santé, le difficile accès à l'eau potable, à l'électricité, à la sécurité alimentaire, et les disparités entre les revenus. Lors des actions et des campagnes menées par nos partenaires, le dialogue avec les autorités est encouragé afin de faciliter les plaidoyers en faveur de la population ainsi que les procédures administratives, d'accompagner le pouvoir dans l'exécution de ses politiques pour que la population revienne au centre de ses préoccupations. Comme illustrations, Erick mentionne le forum sous-régional qui a eu lieu en 2014 et qui a facilité le dialogue entre les autorités et la population, mais aussi les cadres de concertation basés dans les quartiers et qui font se rencontrer les habitants et les autorités locales autour de leurs problèmes quotidiens et finalement le continuel effort d'amélioration de la relation entre les prestataires de santé du gouvernement et la population.

Construction de mouvement

Après trois jours complets de réflexion autour des problèmes rencontrés dans tous les pays représentés et autour des capacités dont le mouvement avait besoin pour pouvoir y répondre, le groupe s'est concentré sur les opportunités qu'offrait une campagne à l'échelle régionale africaine. Les thèmes proposés étaient le financement du système de santé et le manque/la précarité des ressources humaines en santé. Peu de budget est alloué au système de santé en Afrique et une grande part de ce budget provient de donateurs extérieurs. Ceux-ci préfèrent la mise en œuvre de programmes verticaux (= se concentrer sur une maladie, telle que le sida ou la malaria), mais cette logique ne tend pas à renforcer le système de santé du pays dans son ensemble. Ce qu'il faut, c'est un État en mesure de pouvoir souverainement gérer la santé de sa population. Les solutions proposées étaient l'augmentation des taxes pour les revenus les plus riches ainsi que pour les multinationales actives dans le pays, mais aussi une augmentation de la part allouée à la santé par l’État.

Les ressources humaines en santé souffrent quant à elles de plusieurs maux: la fuite des cerveaux, les bas salaires, les mauvaises infrastructures dans lesquelles elles exercent. Les solutions proposées ici sont l'instauration de compensations pour les pays profitant de docteurs et d'infirmières formés dans un pays du Sud ainsi qu'un investissement plus conséquent dans le domaine de la santé.

PHM Afrique

Ce sont des participants très motivés qui ont repris le chemin de leur pays. Certains, comme les Congolais, devront d'abord commencer par redynamiser le cercle PHM de leur pays. Après, il faudra organiser une campagne commune avec des activités similaires avec les autres cercles PHM du continent afin d'avoir un plus grand impact et de pouvoir progresser vers la santé pour tous !

4349 views