BLOG

07/10

Une délégation de Comac en Palestine

Blog de Max Vancauwengerghe

Israël, seule démocratie du Moyen-Orient ?

S’il y a bien une chose qui devient très claire quand on effectue un tel voyage, c'est qu'en aucun cas l'État d'Israël ne peut être qualifié de démocratie. Tout d'abord, Israël continue d'occuper illégalement les territoires palestiniens et à promouvoir les colonies illégales en Cisjordanie. L'État israélien a déjà été condamné, à des dizaines de reprises, par les Nations Unies et ignore systématiquement toutes les résolutions de l’ONU sans aucune sanction jusqu'ici. Dans les territoires occupés, nous avons recueilli de nombreux témoignages de détentions arbitraires, y compris d'enfants, parfois pendant plusieurs mois. Nous avons assisté à l'humiliation quotidienne des palestinien·ne·s lors des check-point. Nous avons rencontré plusieurs familles dont un·e de leurs enfants a été tué·e par l'armée israélienne, sans même qu'une enquête soit ouverte. Des propos qui sont confirmés par le rapport d'Amnesty International de 2016.

Même au sein des frontières reconnues de l'État d'Israël, l'apartheid est le quotidien des palestinien·ne·s qui y vivent. Israël se définit en effet lui-même comme l'État des juifs·ves du monde entier et non comme celui de ses citoyen·ne·s. Il s'agit d'une « dérogation profonde au principe sur lequel se fonde la démocratie moderne, explique l'historien israélien Shlomo Sand, et le maintien d'une ethnocratie sans frontières pratiquant une sévère discrimination à l'encontre d'une partie de ses citoyens »[1].

Un État-tampon au service des grandes puissances

Le soutien à la création d'un État juif en Palestine date du début du siècle. En 1917, lors de la Déclaration Balfour, Londres soutient la création d'un « foyer national juif ». En tant que grande puissance, les britanniques souhaitent créer un État-tampon dans la région afin de pouvoir en garder le contrôle. Le pétrole et le gaz ne sont pas encore si importants à cette période, mais le Moyen-Orient représente déjà une voie commerciale vitale et la Grande-Bretagne s'inquiète de la montée du nationalisme arabe, en particulier en Egypte. Après la Seconde Guerre mondiale, ce sont les États-Unis qui deviendront le principal soutien de l'État d'Israël. Le contrôle du pétrole et du gaz est depuis devenu un enjeu crucial dans la domination mondiale. 50 % des réserves mondiales de pétrole et 40 % des réserves mondiales de gaz se trouvent au Moyen-Orient. Les États-Unis possèdent d'ailleurs d'autres alliés dans la région, également connus pour leur caractère anti-démocratique, tel que l'Arabie Saoudite.

Le boycott académique pour s'opposer à l'occupation

Ce voyage a également été l'occasion de rencontrer Omar Barghouti, philosophe, chorégraphe et militant palestinien vivant à Rammallah, figure mondialement connue de la résistance civile palestinienne. Il est aussi et surtout un des membres fondateur de la campagne contre l'occupation et l'apartheid israélien « Boycott, Désinvestissement, Sanctions » : la campagne BDS. Il s'agit d'une campagne non-violente visant à faire pression sur l'État d'Israël afin qu'il respecte le droit international et arrête sa politique d'occupation. Avec Comac, nous soutenons cette campagne depuis plusieurs années sur les campus. Nous revendiquons en effet l'arrêt de tout partenariat entre nos universités et les institutions israéliennes soutenant l'occupation et la colonisation israélienne. La KU Leuven a, par exemple, participé jusqu'en 2014 à un projet aéronautique en collaboration avec l'Israel Aerospace Industries et a aidé, de ce fait, la principale entreprise militaire d'Israël à fournir à son armée « des avions moins chers et plus silencieux »[2]. À l'heure actuelle, il existe des dizaines de partenariats qui concernent la quasi totalité des universités belges. La campagne de boycott académique est déjà soutenue par 469 professeur·e·s et assistant·e·s universitaires[3] à travers la Belgique et elle continue de grandir.

4372 views
Une délégation de Comac en Palestine | Viva Salud

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.