BLOG

11/04

Une militante, des militants... Et un avenir rempli d’espoir!

Envoyer son enfant à l'école ou se battre pour une juste cause? Les militants philippins sont souvent contraints de choisir… Grâce aux parrainages d'enfants proposés par M3M, les activistes sont assurés de l'éducation de leurs enfants et peuvent ainsi s'impliquer, bénévolement, dans la lutte pour une société meilleure.

Grâce à la campagne de parrainage soutenue par M3M, ces enfants peuvent aller à l’école

Le professeur Pierre-Yves Henrotay, s'est rendu aux Philippines. Il y a rencontré Daisy, la coordinatrice de la campagne de parraignage. Elle nous explique l'importance de ce soutien financier pour les enfants et indirectement pour les syndicalistes, les défenseurs des droits de l'Homme et les activistes progressistes du pays. Voici son récit :


Une nouvelle génération est en train de grandir

Daisy vit à Manille, la capitale des Philippines. Un pays formidable! A chacune de leurs interviews, les diplomates belges inondent les médias d’images présentant les magnifiques plages de cet archipel comptant plus de 7000 îles. Ce qu’ils oublient de dire, c’est que la corruption y est généralisée, qu’aux abords des usines fleurissent des bidonvilles, que les travailleurs n’y perçoivent qu’un salaire minimum, que les militants se font assassinés. Pourtant Daisy garde le sourire. La lutte se conclura par une victoire! Une nouvelle génération est en train de grandir et, grâce à la campagne de parrainage soutenue par M3M, ces enfants peuvent aller à l’école. Demain, ils dirigeront le monde.

Au service de leur communauté

Ils auront du chemin à parcourir. Entre les richesses infinies de leur pays et la pauvreté immense des populations, le danger se cache à tous les coins de rue. D’un côté, une montagne d’or à la fois sublime, brûlante et vicieuse où la tentation d’oublier les siens pousse aussi rapidement qu’une plante carnivore. De l’autre, un ravin de misère gangréné par la maladie, par la faim ou par l’envie de fuir ses proches pour succomber aux mirages de l’argent facile. Il est si aisé de faire de l’homme un loup pour l’homme! Mais ces enfants sont des agneaux. Leur douceur et leur sincérité leur permettront d’éviter les pièges. D’avancer pas à pas sur la route du progrès pour changer les Philippines et en faire un exemple pour les autres nations. Leurs parents ont commencé le travail. Activistes, ils luttent au sein d’un syndicat, d’une association de femmes, d’une organisation de défense des droits humains, … Bénévoles, ils se mettent au service de leur communauté. Mais cet engagement a un coût. C’est pourquoi M3M a lancé une campagne de parrainage afin que leurs petits puissent devenir grand et continuer la lutte. Daisy nous parle de cette campagne qu’elle coordonne sur place avec une détermination communicative.

Des centaines d’enfants

La solidarité internationale envers les militants philippins s’exprime non-seulement vis à vis de ceux-ci et des campagnes qu’ils mènent, mais elle profite également à leurs enfants. Lorsque les organisateurs s’engagent, explique-t-elle, il est difficile pour eux de continuer à travailler. Militer se fait à temps plein. En l’absence de toute allocation, il est important de permettre à leurs filles et à leurs fils de se rendre à l’école. Cette action constitue un double soutien. D’abord au droit à l’éducation en tant que tel, ensuite aux différentes luttes menées par ces activistes. Les familles sont concernées par leurs combats pour plus de justice sociale, il est donc normal de les inclure dans le mouvement. Depuis plus de 20 ans, ce programme a permis à des centaines d’enfants de faire des études et d’obtenir un diplôme. Aujourd’hui, certains ont même pris le relais en devenant eux-mêmes formateurs ou militants.

Organisation multisectorielle

Daisy poursuit: Cette action a commencé en 1984, suite à un voyage de solidarité. En rentrant en Belgique, des activistes se sont demandés comment lutter contre la répression qui, à cette époque, était à son apogée. Le programme était né. Aujourd’hui, des enfants d’ouvriers, mais aussi de paysans ou de membres des communautés urbaines peuvent en profiter. C’est devenu une organisation multisectorielle.

Très satisfaits

Il est très important que nos sponsors soutiennent la lutte des Philippins. Leurs dons ne mettront pas fin à la pauvreté. Il ne s’agit pas de charité. C’est pourquoi nous n’encourageons pas la rencontre entre supporters et supportés. Parallèlement, si un activiste arrête de militer et retrouve un travail à temps plein, nous arrêterons de soutenir ses enfants. C’est une décision difficile, mais essentielle pour construire une relation d’égalité sur le modèle de l’«empowerment». La transparence est primordiale si nous voulons que le mouvement pour plus de justice sociale continue à grandir. Or, pour l’instant, nous sommes très satisfaits des résultats. A chaque manifestation, nous pouvons voir à quel point l’activisme s’est transmis de génération en génération, et convainc toujours plus de Philippins.

Parrainez un enfant d'un(e) activiste ici

6887 views