23/12/11

Construire l'espoir: Mieux comprendre la réforme de santé au Salvador

Du 28 novembre au 7 décembre 2011, la première Université Internationale pour la Santé – IPHU au Salvador, intitulée « Construire l'espoir: mieux comprendre la réforme de santé au Salvador », a eu lieu à La Palma.

La première Université Internationale pour la Santé - IPHU (International People's Health University) au Salvador a eu lieu à La Palma. Cette édition de la IPHU, intitulée « Construire l'espoir: mieux comprendre la réforme de santé au Salvador », s'est déroulée différemment. Contrairement à une IPHU classique, elle visait principalement les jeunes professionnels de la santé travaillant dans le Ministère de la Santé et dans les services de santé salvadoriens qui ont un rôle actif dans la réforme de santé au Salvador. En effet, habituellement, l'IPHU vise surtout les activistes provenant de partout dans le monde et non d'un pays bien spécifique et les principaux participants sont des activistes de la santé ne faisant pas partie du système de santé du pays où a lieu l'IPHU. Pour cette édition, Maria Hamlin Zúniga du MSP-LA et Eduardo Espinoza, vice-ministre de la Santé, étaient les deux principaux organisateurs.

Vu les changements importants dans le système de santé salvadorien, ALAMES (l'Association d'Amérique-Latine pour la Médecine Sociale), le Mouvement Populaire pour la Santé d'Amérique-Latine (MSP-LA) et le Ministère de la Santé du Salvador ont sponsorisé cette IPHU de 10 jours, à laquelle 34 professionnels de la santé, pour la plupart des médecins salvadoriens, ont participé. Il est prévu que ces jeunes soutiennent activement le Ministère afin de renforcer le processus de réforme de santé dans le pays. Afin d'explorer et de renforcer les moyens d'assurer le droit à la santé en dehors du système de santé, les participants devaient être actifs dans une communauté en travaillant en collaboration avec des organisations locales.

Lors de l'IPHU, des sujets tels que la globalisation/la crise économique, le droit à la santé et les soins de santé intégraux ont été abordés et mis en relation avec le processus de reforme de la santé au Salvador. La participation était l'un éléments-clé de l'IPHU, et les participants ont appris de l'un l'autre ainsi que des intervenants. La créativité des étudiants a également été suscitée tous les jours lors de la présentation informelle des jours précédents.

Oscar Feo de ALAMES, et plus récemment conseiller au Ministère de la Santé de la Bolivie, a aidé les participants à appliquer les concepts complexes à leurs expériences quotidiennes: il a été un soutien constant et un professeur pour tous.

Lors de cette IPHU, l'élément le plus innovateur a été l'utilisation de Skype pour établir le contact entre les participants et les intervenants. Mario Rovere de ALAMES, par exemple, a pu parler au groupe et répondre à leurs questions, il pouvait les voir et inversement eux aussi pouvaient le voir. Un autre exemple de l'utilisation de cette nouvelle technologie a été l'adieu fait aux docteurs cubains qui ont aidé lors des actions d'urgence suite aux inondations : encore une fois, chaque groupe pouvait parler à et voir l'autre groupe.

Malgré les limitations d'internet et problèmes de modem, les participants ont pu apprécier une présentation Powerpoint à propos de l'urbanisation et l'aliénation de Françoise Barten des Pays-bas. Cette présentation a permis de faire le lien entre les menaces de la migration, l'urbanisation et la violence liée aux gangs et à la drogue, et ce en particulier dans un pays tel que le Salvador où 1/3 de la populations verse de l'argent à sa famille depuis l'Amérique du Nord.

Intégrer la théorie dans la pratique a toujours été un des objectifs de l'IPHU. L'IPHU du Salvador ne fit pas exception à la règle : les participants ont dû examiner les problèmes de la globalisation, du droit à la santé, des déterminants sociaux de la santé à travers les processus de réforme de santé au Salvador et les problématiques omniprésentes dans les communautés. Ce qui représente un énorme défi lorsqu'on a affaire à des organisations communautaires épuisées par des années de lutte pour le nettoyage du plomb dû à la fabrication de piles ou le ramassage des déchets déversés illégalement.

Après 10 jours de formation, 34 personnes se sont engagées à travailler encore plus, 34 personnes ont élaboré des projets qui vont voir le jour et 34 personnes se sont tournées vers l'avenir pour discuter et approfondir encore plus leur connaissance.

Les comptes-rendus et présentations de l'IPHU sont disponibles en espagnol sur le site suivant Curso Universidad Internacional de Salud para los Pueblos - El Salvador 2011

7141 views