02/04/19

Défendre les droits humains n'est pas un crime. Nos partenaires aux Philippines sont menacés

Des représentants du gouvernement philippin - et en particulier de l'armée - ont récemment lancé des accusations à l'encontre de différentes organisations sociales, parmi lesquelles certains partenaires de Viva Salud. Prétendument, les organisations de défense des droits de l'homme, les organisations de femmes et d'autres groupes de la société civile ne seraient que des organisations de façade pour des groupes "terroristes". Selon des informations parues dans les médias philippins, les Philippines ont demandé à la Belgique de cesser de financer ces organisations à travers des ONG belges telles que Viva Salud.

Viva Salud travaille avec des partenaires aux Philippines depuis des décennies. Nous avons financé leurs programmes, noué des relations de solidarité et les avons aidés de différentes manières. Nos partenaires locaux sont tenus en haute estime sur la scène internationale et, plus important encore, bénéficient du soutien de grands mouvements sociaux locaux. De plus, en tant qu’ONG, nous sommes bien conscients de notre responsabilité vis-à-vis de nos bailleurs de fonds et nous avons notre propre système de monitoring et des procédures pour assurer la qualité de leur travail et la bonne utilisation des fonds.

Malheureusement, la criminalisation des organisations de la société civile philippines n’a rien de nouveau et date de la dictature de Marcos. Cela a été exposé par des organismes internationaux et des personnalités, dont l'ancien Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Philip Alston, dans son rapport 2008 sur sa mission aux Philippines. Plus récemment, les accusations contre des activistes de l'environnement, des membres d'églises et d'autres défenseurs des droits humains se sont multipliées. Par conséquent, les accusations portées contre certains de nos partenaires sont malheureuses mais sans surprise.

C’est aussi la raison pour laquelle nous coopérons pour réfuter les accusations portées contre nos partenaires. A ce jour, aucune preuve n'a été communiquée pour soutenir ces accusations contre nos partenaires. Nous sommes confiants qu'aucune irrégularité ne sera mise à jour. Notre seule crainte concerne l'intégrité physique et la sécurité de nos amis et partenaires aux Philippines, dont le courage et la détermination au milieu de ces attaques sont absolument remarquables et méritent notre solidarité sans faille.

1990 views