20/05/10

Le système de santé colombien est un exemple... à ne pas suivre

D’après la publication de la Banque Interaméricaine de développement (BID) qui vante les exploits du système de santé en Colombie, le modèle colombien serait un exemple à suivre pour plusieurs pays. S’il est vrai que l’indicateur en matière de couvertures d’assurances santé est en augmentation, il ne reflète cependant pas l’indicateur réel d’accès aux services de santé, ni la qualité des soins ou encore les résultats en matière de soins.

De nombreuses organisations nationales et internationales ont mis en évidence les failles du système et les différents problèmes qui ne permettent pas de garantir le droit à la santé pour tous. Ils rejettent les restrictions imposées lors de la première vague de libéralisation au début des années '90 par la « Ley 100 » qui ne servirait que les intérêts économiques des compagnies d’assurances. D’après cette loi, seuls les citoyens qui peuvent se permettre des soins sont bénéficiaires, ceux qui ne contribuent pas suffisamment sont exclus du système.

Suite à une seconde vague de réformes, le gouvernement colombien a récemment signé toute une série de décrets qui limitent l’action du Plan Obligatoire de Santé (POS), ce qui réduit l’offre des soins de santé de base et oblige les Colombiens à débourser davantage pour pouvoir bénéficier de tous les soins dont ils ont besoin. Avoir une assurance santé en Colombie ne signifie donc pas avoir accès à tous les soins !

Mécontentement

Toutes ces mesures ont soulevé un mécontentement au sein de la société civile colombienne qui rejette ce système et qui prône la création d’un nouveau système de santé universel, public, équitable, qui met l’accent sur la santé individuelle et collective et non sur l’aspect lucratif et qui prévoit des conditions de travail dignes pour tous les travailleurs du secteur de la santé.

La Faculté Nationale de Santé publique a organisé un atelier, « Ronda de Medelin », où de nombreux acteurs du secteur académique étaient présents les 26 et 27 mars 2010. MSP-Colombie, l'antenne nationale de notre partenaire latino-américain, suit l'affaire de près et s'est impliqué activement dans les discussions.

Un système de santé alternative

La proposition formulée et adoptée était la création d’un système de santé plus démocratique et participatif basé sur des valeurs plus justes, dignes et acceptables pour tous. Un système qui réponde aux principes d’accessibilité et de non-discrimination et qui caractérise le droit aux soins de santé pour tous les Colombiens, y compris les minorités ethniques. Une participation plus active de la société civile à travers des comités composés de bénéficiaires et de travailleurs de santé tant au niveau local que national permettrait une meilleure gestion des politiques de santé et refléterait réellement les besoins en matière de soins. Le financement devrait intégrer des subsides du secteur public et privé de manière transparente sans l’appui et le contrôle des grandes compagnies d’assurance.

L'enjeu politique est de taille en Colombie, le débat bat donc son plein avec les médecins, professeurs, acteurs politiques de l’opposition et certains partisans du gouvernement national qui s’accordent sur la nécessité de créer un nouveau modèle de santé garant du droit aux soins de santé pour tous. L’affaire est donc reprise dans l’agenda législatif et social des prochains mois. Mais le débat reflète également une tendance au niveau international, où le système néo-libéral promu par la BID, la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International,... s'oppose à un système social appliqué dans des pays tels que Cuba ou le Vénézuela et qui garantit une couverture universelle des soins de santé.

Affaire à suivre…
 

Références

http://idbdocs.iadb.org/wsdocs/getdocument.aspx?docnum=35026183

7544 views