29/01/19

Libre-échange : le retour de la CETA

Traités de zombies. C'est le surnom donné aux accords de libre-échange de retour sur la table des négociations européennes. Pourtant, les citoyens ont clairement exprimé leur désir d'une politique commerciale différente. Le CETA, l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne, est malgré tout en train de refaire surface.
Les différents parlements belges peuvent encore approuver le traité avec le Canada, bien que 300.000 Européens ont signé la pétition contre une de ses clauses essentielles

Jamais auparavant les accords de libre-échange n'ont suscité autant de controverse que le TTIP et le CETA. Et ce n'était certainement pas dans les plans de ses concepteurs : la discussion sur les deux traités s'est faite dans les coulisses feutrées de Washington, Bruxelles et Toronto. Mais, un peu partout, des mouvements de citoyens, d'organisations environnementales et de consommateurs, de syndicats et de mutuelles se sont fait entendre car ils considèrent la mondialisation comme une arme à double tranchant. Puis est venue la victoire de Trump aux élections présidentielles étatsuniennes, avec son programme protectionniste. Plus tard, la Wallonie et Bruxelles ont fait la une de la presse internationale parce qu'ils refusaient de signer le CETA.

Le fantôme du CETA est de retour

Quatre parlements belges n'ont toujours pas ratifié cet accord commercial avec le Canada : ceux de la Région de Bruxelles-Capitale, de la Communauté germanophone, de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ils ont surtout exprimé des doutes sur l' "ISDS", ce mécanisme d'arbitrage par lequel les entreprises peuvent poursuivre les gouvernements si des changements politiques menacent leurs profits. Lorsque l'Australie a voulu imposer aux cigarettiers d'utiliser des paquets neutres pour protéger la santé publique, les géants du tabac lui ont réclamé des dommages et intérêts.

Faites-vous entendre !

La Cour de Justice Européenne se prononcera sur la légalité de l'ISDS dans le CETA en avril ou en mai. Les mouvements citoyens n'attendent pas cette décision pour continuer leur lutte. Ils lancent maintenant une pétition contre ce mécanisme dans tous les traités commerciaux. Les organisations belges ont également lancé un appel aux décideurs politiques au sujet du CETA.

Viva Salud soutient cette campagne.

Signez la pétition

Lire l'appel contre le CETA

Vous voulez en savoir plus ?

  • Vidéo : Libre-échange et santé : C'est du win-win ?

  • Dossier : Libre-échange et santé, une relation pandémique

  • Article : Accords de libre-échange et santé des travailleurs

  • Papier : Libre-échange, mal du changement climatique

  • Plus d'articles et de blogs sur le libre-échange

634 views