BLOG

12/01

Gestion des déchets à Lubumbashi

Les déchets sont très présents dans la ville de Lubumbashi et recouvrent les rues des différents quartiers (Luapula, Bel Air, Katuba,…). Mais comment cela se fait-il ? Tout simplement parce qu’il n’existe pas de ramassage de déchets à Lubumbashi. En effet, la ville et les quartiers n’ont, jusqu’à maintenant, pas encore mis en place un système de récolte des déchets ni d’endroit où stocker ces déchets. Les habitants sont donc obligés de se débrouiller par eux-mêmes. Plusieurs solutions sont alors à leur portée.

Les déchets sur le sol ou dans les fossés empêchent l’eau de s’écouler, l’eau déborde dans les rues, entre dans les parcelles, l’eau stagne. Tout ceci constitue un mélange propice à la propagation du choléra, de la malaria, de la fièvre typhoïde,…

La première consiste à brûler les déchets. La majorité des familles choisissent cette option. Option qui est facile à mettre en œuvre lors de la saison sèche et presque impossible durant la saison des pluies. Quand il pleut, certains mettent les déchets dans un sac et attendent le soleil et la chaleur pour sécher les déchets et pouvoir les brûler une fois ceux-ci secs ; d’autres se tournent vers la seconde option.

La seconde option qui n’exclut pas forcément la première consiste à creuser un trou dans sa parcelle. Les déchets et les cendres y sont alors déposés. Une fois que le trou est rempli, celui-ci est alors recouvert de terre et un autre est construit aussitôt à proximité du premier.

Une troisième option consiste à payer une personne qui déambule dans les rues avec une remorque pour que celle-ci vienne ramasser les déchets. Cette option est très néfaste pour la nature et l’environnement car dans la majorité des cas, ces éboueurs congolais déversent leurs déchets dans la rivière ou dans des endroits isolés n'ayant aucun autre endroit à leur disposition pour venir les déposer.

Pour les gens de la ville, il existe, dans certaines rues, des conteneurs qui sont mis à leur disposition. Conteneurs dans lesquels les gens peuvent venir y déposer leurs déchets. Bien que cette idée soit un pas de plus vers un ramassage des déchets plus large, elle pose problème car les conteneurs ne sont pas vidés régulièrement et débordent sur les trottoirs, la route,... rendant les alentours sales et problématiques pour la santé des habitants.

Enfin, la dernière solution, encore trop répandue, consiste à jeter ses déchets dans les rues. A Lubumbashi, il n’y a pas encore cette culture de la propreté, il est habituel que la population de Lubumbashi jette une carte de gsm, un papier de bonbon, une bouteille d’eau, un sachet par terre. Cependant, ce nombre important de déchets a des conséquences importantes sur l’environnement et la santé des gens. Ces conséquences sont d’autant plus importantes une fois que la saison des pluies est commencée. En effet, les déchets sur le sol ou dans les fossés empêchent l’eau de s’écouler, l’eau déborde dans les rues, entre dans les parcelles, l’eau stagne. Tout ceci constitue un mélange propice à la propagation du choléra, de la malaria, de la fièvre typhoïde,…

La plupart des personnes que j’ai eu l’occasion de rencontrer attendent du changement de la part des autorités et sont prêtes à participer financièrement au ramassage des déchets, à savoir 500fr par semaine. Ils aimeraient qu’un ramassage puisse s’effectuer au moins une fois par semaine afin de pouvoir garder leurs quartiers propres. Mais face à cette demande, les autorités sortent leur refrain préféré concernant le manque d’argent. Les habitants des quartiers prennent même l’initiative de récolter des fonds pour participer aux frais des ouvriers de la commune qui, suite à leur demande, viennent retirer les tas de déchets qui bloquent le passage de l’eau.

Le rôle d’EDS et des comités quant à ce problème consiste, dans un premier temps, à sensibiliser la population sur le traitement des déchets et l’importance d’avoir une parcelle propre pour éviter des maladies. Ils cherchent également à connaitre l’avis de la population sur la manière dont les déchets devraient être pris en charge par la commune et avec ces informations rédigent des plaidoyers destinés aux autorités. Ils ont également l’intention de réaliser une pétition pour appuyer les plaidoyers et pour montrer le souhait de la population d’organiser un ramassage quotidien des déchets. Enfin, ils organisent des journées et des travaux d’assainissement dans les différents comités de santé.

6212 views
Gestion des déchets à Lubumbashi | Viva Salud

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.