BLOG

08/10

Les gens de Gaza

Au cours de mes deux semaines à Gaza, j’ai eu le privilège de rencontrer certaines des personnes les plus étonnantes, les plus accueillantes, les plus amicales et les plus résilientes au monde. J’aimerais vous présenter certaines d’entre elles et vous partager un peu de leurs histoires.

J’ai rencontré cette famille qui vivait à Beit Hanoun dans les décombres de sa maison détruite. Ils s’étaient réfugiés dans une école de l’UNRWA mais ont dû la quitter au moment de la réouverture de cette école aux élèves. Ils n’ont nulle part d’autre où aller. Malgré tout, ils m’ont quand même invitée chez eux à prendre le thé.

 

« Nous avons le droit de vivre et le droit à la paix tout comme les enfants en Belgique. Nous désirons être libres, étudier, apprendre, être en bonne santé. Nous aimerions pouvoir voyager et aller à Jérusalem pour y prier. » Quand nous lui avons dit que nous venions de Belgique, Osama a voulu nous confier ce message à transmettre aux enfants de Belgique. Osama veut devenir professeur quand il sera grand.

 

“Que puis-je vraiment faire? Aucune formation au travail de psychologue n’aurait pu me préparer à aider cet enfant.” Ayda, une psychologue qui travaille avec les enfants et les femmes dans les camps de réfugié(e)s de l’UNRWA pendant et maintenant après la guerre nous parle de ce petit garçon qui a perdu en une nuit 9 membres de sa famille proche.

 

Nous avec l’un des chauffeurs d’ambulance qui travaille pour l’hôpital d’Al Awda. Au cours de la guerre, ils ont souvent risqué leur propre vie en essayant de sauver la vie des autres. Plusieurs ambulances ont été détruites par les forces israéliennes pendant le conflit.

 

Le directeur financier de l’hôpital où nous travaillions et sa fille devant les décombres carbonisés de leur appartement. “Tout au fond de nous, nous savons que cette guerre n’était pas la dernière. Chaque attaque est plus agressive que la précédente et provoque plus de destruction. Pouvez-vous imaginer élever une famille dans de telles conditions ?”

 

“Nous ne voulons pas que vous nous preniez avec vous, mais s’il vous plaît aidez-nous tout simplement à faire qu’ici ce soit vivable pour nous.” Nous avons rencontré Hanna au cours d'une nuit sociale de l’YMCA à Gaza. De formation, il est ingénieur électricien mais il est l’un des nombreux jeunes gens de Gaza qui se battent pour trouver un job et de l'espoir pour le futur.

 

Nous avons rencontré Sohad, son mari et ses deux petits enfants au cours de la nuit sociale de l’YMCA. Son mari nous dit: “Un jour, j’ai visité la Belgique. J’ai été tout à fait surpris qu’à un moment j’étais en Belgique et la minute d’après j'étais en France. C’est de cela que nous avons besoin ici, c’est tout ce à quoi nous aspirons.”

 

“Nous voulons vivre comme le reste des enfants dans le monde. Certains Israéliens souhaitent la mort des enfants palestiniens mais nous, nous voulons seulement vivre pleinement nos propres vies. Nous aimons apprendre et désirons avoir la chance de vivre en paix et en sécurité. Je veux devenir professeur et apprendre à tous les enfants à se dresser pour la liberté et leurs droits et leur pays. Les enfants palestiniens n’ont pas d’abris pendant la guerre comme en ont les enfants israéliens. Je ne sais pas ce que j’ai fait de mal, ni ce que j’ai fait pour mériter cela, à part d’être de Gaza.” Nous avons rencontré Saja, 12 ans, dans l’un des centres culturels de l’UWHC.

 

Voici Nahla. Elle travaille dans le centre de santé primaire de Beit Hanoun. Elle nous a raconté comment sa maison avait été détruite pendant la guerre et que l’ambulance avait été empêchée de les atteindre, elle et sa famille. Ils ont essayé de se débrouiller pour gagner l’hôpital sous le feu continu des bombes. Ils ont été soignés de leurs blessures mais ils n’avaient nulle part où aller, aucun « chez soi », et c’est ainsi qu’ils ont échoué dans une école/abri de l’UNRWA. Une heure après leur arrivée, l’école a été touchée par 4 roquettes, laissant au sol 18 morts et environ 250 blessés. Plus aucun endroit n'était sûr.

 

Quelques-uns des médecins et des infirmières des urgences de l’hôpital d’Al-Awda. Ils étaient tellement accueillants et amicaux, ils ont même partagé leur nourriture avec moi. Ces gens continuent de travailler dur jour après jour et depuis plus de 50 jours ils ont travaillé quasiment non-stop pour s’occuper du flot incessant des blessés.

 

Voici Haneen, la coordinatrice des relations publiques de l’UHWC, ainsi que ses deux fils et ses parents. Des personnes vraiment fabuleuses!
 

 

Bien sûr, certains des visages les plus souriants  et les plus aimables étaient ceux des enfants de Gaza. Plus de la moitié des gens de Gaza ont moins de 18 ans et ils sont souvent les victimes principales des guerres et du siège en cours. Ces enfants ont souffert à un point incroyable et pourtant ils sont tellement résilients, décidés à ne pas abandonner l’espoir face à leur avenir. Un enfant de 6 ans qui vit à Gaza a déjà survécu à 3 guerres au cours de sa courte existence. Ils continuent de sourire, encore et encore, et ils continuent de jouer et d’espérer qu’un jour leur avenir sera plus brillant. Rencontrez quelques enfants de Gaza :

En conclusion, j’aimerais vous rappeler que ceci aussi c’est Gaza. (Je veux remercier mon nouvel ami Moh qui a partagé cette vidéo qu’il a réalisée avec des amis. Elle est géniale, s’il vous plaît prenez 4 minutes pour la visionner.)

7876 views