BLOG

28/07

Les militaires belges auront-ils bientôt du sang palestinien sur leur uniforme?

La période des vacances est toujours dangereuse. Les militaristes osent tenter leur chance lorsque l'opinion publique est en vacances. L'achat annoncé par l'armée belge de vestes militaires sophistiquées est maintenant à l'ordre du jour et est doublement controversé: il est coûteux et la Belgique s'associe aux seigneurs de guerre israéliens.

Les armes de Elbit ont été testées sur le champ de bataille de Gaza.

Pour l'armée, ce ne sont pas les soldes. Quand ils vont faire du shopping, ils le font bien. Ils vont bientôt acheter 40 nouvelles vestes à un coût de 125.000 euros la pièce, soit, un total de 5 millions d'euros.
On les appelle les "vestes intelligentes», avec lesquelles les soldats peuvent facilement communiquer entre eux ainsi qu'avec d'autres troupes sur le champ de bataille.
Il ne s'agit ici que d'un achat-test, qui sera suivi d'une seconde commande d'une valeur de 140 millions d'euros. Les vestes sont importantes parce que la Belgique veut jouer un plus grand rôle dans les opérations militaires internationales. Un nouveau rôle pour notre armée, autour duquel il y a beaucoup de points d'interrogation. Il suffit de regarder nos résultats en Afghanistan, qui ne peuvent pas vraiment être qualifiés de brillants, pour ne pas dire qu'ils sont désastreux.

Ces 140 millions d'euros pourraient être beaucoup mieux utilisés. Mais le Ministre de la Défense Vandeput (NVA) demande deux fois plus d'argent pour son armée. Des économies? - Oui, mais pas sur la défense des intérêts occidentaux à l'étranger, semble-t-il.

Profit ou droits de l'homme
Le coût n'est pas la seule controverse concernant ces vestes. Les fabricants vantent leur "excellente qualité". Le label de qualité est fourni par Elbit, un fabricant d'armes israélien. Il fait sa publicité dans le monde entier en mettant en exergue que ses armes ont été testées sur le terrain. Il se réfère ainsi à tous les massacres qu'a perpetré l'armée israélienne dans la bande de Gaza, où en 2014, une fois de plus, des milliers de personnes ont été tuées.

Elbit est associé de deux manières à la commande: à travers son partenaire néerlandais Thales qui développe les systèmes principaux et via sa filiale à Oudenaarde - OIP - qui produirait les pièces détachées.
Aux yeux du Ministre Vandeput, cela représente un argument supplémentaire pour promouvoir ce deal: la Belgique y gagne.

Elbit est pourtant l'une des 13 entreprises internationales pour lesquelles le rapporteur spécial des Nations Unies, Richard Falk, a demandé un boycott général dans ses recommandations au Comité des droits de l'homme des Nations Unies. Elbit est, après tout, une entreprise qui a construit son empire sur l'occupation israélienne qui est condamnée à l'échelle internationale.Au niveau européen, il y a de plus en plus de contestations à l'égard de ce genre de pratiques. Peut-être qu'enfin nos décideurs politiques belges pourraient aussi en tenir compte?

3180 views