BLOG

12/09

Les travailleurs de santé communautaires font vœu de mener à bien des campagnes de droit à la santé

Les travailleurs de santé communautaires qui viennent de finir leur formation de base en matière de santé, mise en place par le Conseil pour la Santé et le Développement (CHD), se sont engagés à mener des campagnes pour la santé et à éduquer, organiser et mobiliser plus de personnes dans la lutte pour le droit à la santé.

A l'âge de 78 ans, Nanay (maman) Francing devrait être celle qui reçoit des soins de santé adaptés ; au lieu de cela, elle a choisit de les dispenser.

Nanay Francing est l'une de ceux qui viennent d'achever la formation basique de santé délivrée par le Conseil pour la Santé et le Développement (CHD) le 8 Septembre dernier au barangay San Antonio à Paranaque City, devenant ainsi les travailleurs de santé communautaires le plus récemment formés dans le cadre du programme au droit à la santé du CHD.

Paranaque City se trouve dans la partie sud du Grand Manille. Plusieurs projets de réhabilitation de grande ampleur sont en préparation pour transformer certains de ses quartiers pour le tourisme, les divertissements, les affaires et les centres commerciaux. La plupart de ces quartiers abritaient diverses communautés urbaines pauvres qui sont menacées par les démolitions. Les projets de développement sont dans la ligne du programme de partenariat (privatisation) public-privé du gouvernement. C'est la clé de voûte du programme économique du Président Aquino pour résoudre les problèmes les plus pressants du déficit budgétaire en attirant la participation du secteur privé dans le développement des infrastructures.

Lors de la cérémonie de remise des diplômes qui s'est tenue au centre de soin du village, les participants ont reçu des certificats qui prouvent officiellement qu'ils ont terminé leur formation de base en matière de santé. En plus d'être ne mesure d'effectuer les diagnostiques et traitements de base pour les maladies communes, ainsi que d'orienter les patients qui ont besoin d'un niveau de service plus élevé, ils sont aussi chargés de mener à bien l'éducation, l'organisation et la mobilisation des personnes dans les campagnes pour le droit à la santé et d'autres thèmes qui touchent leurs communautés.

« Je sais que je ne peux plus faire certaines choses comme prendre la tension, mais je peux toujours aider à diagnostiquer les maladies communes et les traiter avec des herbes médicinales. S'ils ont besoin de moi, je suis toujours disponible, »dit Nay Francing.

Nanay Francing et le reste de la nouvelle équipe de travailleurs de santé communautaires, sont actifs depuis longtemps dans la lutte pour le droit à la santé et à un habitat convenable. Ils participent sans cesse à des meetings contre les privatisations des hôpitaux gouvernementaux tout comme à ceux des politiques gouvernementales et des projets qui menacent leur village, comme les démolitions. Mais en suivant une formation pour donner les soins de santé basiques, ils se sont engagés encore un peu plus vers les autres, en devenant des militants pour la défense du droit à la santé et des leaders pour que la société change.

« Même si je suis vieille, je suis toujours présente aux meetings. Ils disent que je ferais mieux de rester à la maison ; mais aussi longtemps que mon corps me le permettra, je n'arrêterai pas » continue Nay Francing.

Même si le village, qui est situé près d'une crique, ne fait pas partie des zones qui font l'objet de plaintes, les résidents, malgré tout, font face aux démolitions sous prétexte d'une loi gouvernementale de zones non-constructibles, où les zones de danger telles que les criques et les berges des rivières sont nettoyées de toute construction pour réduire tout risque pendant les typhons et les inondations. Même si les intentions sont louables, les résidents sont contre cette politique parce que le gouvernement n'a pas de politique claire de réimplantation et que les soi-disant nettoyages des « zones de danger » sont juste des prétextes pour chasser les résidents et permettre le développement de ces zones. En fait les villages avoisinants ont déjà été démolis pour entreprendre la construction d'immeubles d'habitations et d'un centre commercial.

Mais Nanay Francing ne devrait pas se faire de souci parce qu'il y a plusieurs autres personnes qui sont volontaires pour suivre ses pas. Comme June, l'une des lauréates, qui à 18 ans s'est engagée à donner plus de son temps dans les campagnes pour la santé et pour les prestations de santé.

« Je suis volontaire pour apprendre plus, pour pouvoir aider plus », dit June.

9482 views
Les travailleurs de santé communautaires font vœu de mener à bien des campagnes de droit à la santé | Viva Salud

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.