BLOG

27/08

Mouvements sociaux à Paris: ensemble pour le climat

Ce weekend, du 23 au 24 août, je me suis rendue, représentant M3M, à la réunion de préparation de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21) qui aura lieu en 2015 à Paris.

Chaque année, les décideurs politiques du monde entier se rassemblent pour prendre des mesures afin de combattre le changement climatique. La COP 21 est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. Les décideurs politiques devront se mettre d'accord sur le délai des objectifs, la forme légale de l'accord, ce qui est inclu dans le terme "contribution" ( diminution de la quantité de CO2, effort d'adaptation, aide au financement, transfert de technologie), etc.

La société civile (syndicats, organisations environnementales, du Sud, de jeunes, mouvements sociaux, etc.) a fortement été déçue dans le passé par les gouvernements qui se laissent mener à la baguette par les intérêts privés et ne parviennent ainsi à aucun accord concret. La COP de 2009 à Copenhague a été une grosse déception pour la société civile et il a fallu longtemps pour se remmettre de cette "gueule de bois" (terme utilisé lors de la réunion internationale).

Plus décidés que jamais, les mouvements sociaux de partout dans le monde ont décidé de se réunir à Paris ce weekend pour discuter de la manière dont nous pouvions créer un mouvement mondial fort et nous mobiliser à Paris afin d'exercer un contre pouvoir et de montrer notre légitimité face aux gouvernements qui n'en ont pas ou du moins presque plus.

Ce sont donc 200 personnes qui se sont réunies dont M3M et Ibon, partenaire de M3M. Les personnes venaient pour un tiers de la France, un tiers de l'Europe et un tiers du monde entier. Les différentes parties de la société civile étaient représentées : syndicats, organisation religieuses, environnementales, du Sud, de jeunes, ONG, etc.

 

La réunion s'est ouverte sur les erreurs passées du mouvement climatique. A Copenhague, le mouvement était scindé en deux grands blocs : le Climate Action Network d'une part et d'autres part des coalitions plus radicales comme Climate Justice Now, Climate Justice Action et Klimaformum. Pourquoi cette différence ? Beaucoup voulaient faire du lobby dans l'ONU alors que d'autres voulaient être dans la rue. Beaucoup ne voulaient parler que du climat (le système ne changera pas donc essayons au moins que ce qui est négocié autour du climat fonctionne) alors que d'autres voulaient  le « system change not climate change » et étaient donc contre le système capitaliste.

 

La leçon principale qui a été retenue était qu'on ne veut plus cette différence. Même si nous avons des objectifs différents, il faut rester groupés, unis. Il faut une seule coalition pour construire un réel rapport de force.

 

Copenhague nous a montré qu'il était très dangereux de croire en nos gouvernements. Pour ne pas avoir cette "gueule de bois" à la COP 21, nous partons du postulat qu'il n'y aura pas d'accords ambitieux de la part de nos gouvernements trop occupés à servir les intérêts privés. C'est pourquoi, Paris n'est considéré que comme une étape dans la construction d'un mouvement international fort qui construira un véritable rapport de force. Une date en 2016 a déjà été planifiée afin de se retrouver et de faire une mobilisation commune positive peu importe les engagements pris par les gouvernements.

 

De multiples idées, réflexions ont émergé de ces deux jours de discussions intenses. Malgré les différences entre les organisations, une chose est certaine: Les solutions se trouvent auprès des citoyens. C'est à eux de montrer aux gouvernements qu'ils ont les vraies solutions locales et que c'est celles-là que les gouvernements doivent servir, pas les fausses solutions fournies par les grandes multinationales.

 

Une première étape dans la construction d'un mouvement mondial qui a déjà planifié de nombreux rendez-vous pour se développer, se renforcer afin de montrer à nos gouvernments et aux multinationales que nous sommes unis et parviendrons un jour à changer les rapports de force.

 

7102 views