14/09/14

Élisabeth et Céline, à Gaza : « Nous avons tant de choses à raconter ! »

Élisabeth et Céline, les membres de l'équipe médicale que nous avons envoyée à Gaza, ont un programme chargé à réaliser avec notre partenaire local, l'Union of Health Work Committees (UHWC). Aujourd'hui, elles nous ont transmis le témoignage suivant, accompagné de photos :
Les séquelles de la guerre récente, des nombreuses années de guerre et de blocus sont manifestement visibles dans chaque aspect de l'existence.

Voilà six jours que nous sommes à Gaza et nous avons déjà tant de choses à raconter qu'il est difficile de savoir par où commencer. Lundi 8 septembre, accompagnées d'une équipe médicale très expérimentée de MAP-UK (Medical Aid for Palestinians - United Kingdom = Aide médicale aux Palestiniens - Royaume uni), nous franchissons le poste frontière d'Erez.

Un contrôle des passeports, un bref interrogatoire et plusieurs grilles tournantes rébarbatives plus tard, nous nous retrouvons à l'entrée d'un tunnel d'un kilomètre de long, constitué de grilles complètement fermées et qui traverse le no man's land. On se sent à tout le moins intimidées mais, grâce aux conversations agréables avec les collègues de MAP-UK, le trajet est vite bouclé. À l'autre bout du tunnel, nous arrivons au check-point du Hamas. Ici, nous avons également dû subir un contrôle rapide des passeports et des bagages et, cette fois aussi, sans le moindre problème.

Une fois la frontière franchie, nous avons été accueillies de façon très directe par le visage souriant de Haneen, de l'UHWC (Union of Health Work Committees), qui nous a fait aussitôt oublier le stress de la frontière. 

Nous avons été prises en charge par une ambulance et, chemin faisant, avons parcouru les zones frontalières en direction de l'hôpital Al-Awda. Dans ces zones, nous avons été confrontées directement à la réalité et aux destructions de la guerre. Les séquelles de la guerre encore très récente sont clairement visibles partout.

Nous avions introduit nos demandes de séjour à Gaza début août, dans l'intention de venir ici, déjà au moment de la guerre, afin d'aider sur le plan médical urgent. Finalement, nos demandes ont été approuvées par Israël le 25 août, à la veille du cessez-le-feu.

Il est assez regrettable que la responsable initiale de l'équipe, dans cette mission, ne soit pas là. Elle a déjà séjourné et travaillé à Gaza quatre mois plus tôt mais, cette fois, elle n'a pas reçu l'autorisation d'Israël de retourner à Gaza.

Pour ces deux raisons, le profil et le plan initiaux de notre mission ici ont été considérablement modifiés. Même si, en ce moment, nous ne sommes guère confrontées aux victimes de la guerre sur le plan physique, nous remarquons néanmoins que les gens ont un besoin manifeste de raconter leur histoire. Tout le monde à Gaza a eu sa part de souffrance et tous sans exception ont été les victimes de cette guerre. Ici, on dirait parfois que la guerre a eu lieu il y a très longtemps et que la vie reprend tout simplement son cours, mais quand on y regarde d'un peu plus près, les séquelles de la guerre récente, de nombreuses années de guerre et de blocus sont encore très manifestement visibles dans les moindres aspects de l'existence.

Tout le monde veut nous parler et tout le monde a son histoire. Nos journées ici sont richement remplies d'une combinaison entre, d'une part, le travail dans le bloc opératoire et l'aide urgente à l'hôpital Al-Awda et, d'autre part, des rencontres et visites intéressantes qui nous donnent une meilleure idée du système de santé à Gaza et des besoins auxquels ce système est confronté. L'intention est que nous nous fassions une idée de la façon dont, en tant qu'ONG étrangère, nous pourrions soutenir au mieux, à l'avenir, Gaza et ses habitants sur le plan de la santé.

Aujourd'hui, dimanche 14 septembre, c'est d'ailleurs un grand jour pour les enfants de Gaza, puisque l'année scolaire reprend une fois de plus. Malheureusement, cela signifie aussi un nouveau défi pour l'UNRWA (le département des Nations unies qui s'occupe du sort des réfugiés), car où vont devoir aller désormais tous ces réfugiés qui avaient trouvé provisoirement un toit dans les bâtiments scolaires ?... 

Plus sur ce sujet

09/12
Après le lancement de la campagne militaire menée par Israël contre la bande de Gaza début juillet 2014, M3M a décidé d'organiser une campagne de récolte de fonds à destination de notre partenair
23/10
Une conférence internationale de donateurs a promis de soutenir la reconstruction de Gaza, mais les organisations qui traitent de la santé à Gaza nous disent que les besoins sont énormes et urgents.
09/09
Le cessez-le-feu a été décidé voici quinze jours à peine que Gaza a déjà disparu des infos. Pourtant, les ravages humanitaires sont énormes.
8881 views