14/06/16

Appel à l’aide de Manille : « Sauvons l’hôpital Fabella » !

Dans la capitale des Philippines, une des maternités les plus accessibles est actuellement sur le point d’être privatisée. L’hôpital doit céder la place à un centre commercial. Nos partenaires ont tiré la sonnette d’alarme : « Sauvons l’hôpital Fabella ! »
Aussi bien en Belgique qu’aux Philippines, nous devons lutter pour des soins de santé publics et solides, où tous, pauvres et moins pauvres, depuis les prématurés jusqu’aux aînés, reçoivent les meilleurs soins possibles.

L’hôpital Fabella, qui avec ses 60 à 80 naissances par jour est également appelé la « fabrique à bébés », est un des hôpitaux les plus importants de la capitale des Philippines. La plupart des femmes précarisées de Manille et des provinces avoisinantes s’y rendent en raison des soins médicaux peu onéreux. Malgré cela, les autorités des Philippines préfèrent privatiser cet hôpital.

En mauvais état

Il n'empêche que l'hôpital Fabella est un refuge pour les femmes précarisées qui doivent accoucher. Elles y bénéficient de soins, d'un accompagnement en matière d'allaitement, d'une banque de lait ainsi que d'un « projet kangourou », qui consiste à garder le bébé tout contre la maman dès la naissance. L'hôpital a même reçu une distinction de l'Organisation mondiale de la santé pour avoir réussi à faire baisser la mortalité infantile en dépit du peu de moyens dont il disposait.

Malheureusement, le bâtiment est dans un piteux état. Il a urgemment besoin de réparations, et ce depuis des années déjà. Mais les autorités l'ont laissé à l'abandon, et les investissements nécessaires restent exclus. A cause de ce manque de financement, il y a tellement peu de places et de personnel que des femmes qui sont sur le point d’accoucher se voient obligées de rentrer chez elles, menant parfois à des accouchements dans le métro ou dans le taxi.

Aujourd'hui, cet état de délabrement sert précisément d'argument aux autorités pour privatiser l'hôpital. Autant dire que si cela se produit, beaucoup de femmes ne pourront plus se permettre d'accoucher à l'hôpital. Car ce qui intéresse les investisseurs privés, c'est que leur investissement leur rapporte.

Les mamans agissent !

Nos partenaires aux Philippines ont fait des recherches sur les effets de la privatisation des soins de santé et ils en ont conclu que seule une poignée d’entreprises en tiraient profit, au détriment des citoyens moyens. Pour cette raison, ils ont appelé leurs membres à protester contre les plans des autorités qui visent à la privatisation de cet hôpital.

Leur appel a donné lieu à un grand mouvement citoyen. Des femmes enceintes, des membres du personnel médical et beaucoup d’autres Philippins ont manifesté jours et nuits contre le déplacement et la privatisation partielle de cet hôpital public.

La lutte sociale est nécessaire partout

Même en Belgique, la situation n'est plus si évidente pour les jeunes mamans. On s'est battu à l'époque pour obtenir tous ces droits que sont le congé de maternité, les soins post-partum et les allocations familiales. Mais en ces temps de crise économique, nous observons que ces droits sont remis en question ou diminués, et ce bien plus vite qu’on ne le pense. Tant en Belgique qu'aux Philippines donc, nous devons nous battre pour renforcer l'accès public aux soins de santé, afin de permettre à tout un chacun, qu'il soit pauvre ou moins pauvre, prématuré ou personne agée, de bénéficier des meilleurs soins possibles.

C'est dans cet esprit que M3M soutient pleinement les actions de nos partenaires philippins contre la privatisation de cet hôpital et pour un bon système de soins de santé public.

Vous aussi, vous pouvez les soutenir en faisant un don à M3M sur le compte BE15 0010 4517 8030 - BIC: GEBABEBB avec la mention « don Fabella WS ». Vous pouvez également faire un don en ligne via ce lien. A partir de 40 euro de dons par an, vous avez droit à une attestation fiscale.

6471 views