04/06/10

Boycotter l'État israélien, c'est bon pour la santé

Déclaration du Mouvement populaire pour la santé suite à l'attaque contre la flottille humanitaire pour Gaza.

Intal n'est pas un mouvement qui se bat « pour » les Palestiniens, ou « contre » Israël. Ce n'est pas cela qui nous définit. Notre mission, notre point de départ, c'est le droit à la santé des peuples. Tous les peuples ont le droit d'être en bonne santé! Qui osera le contredire?

Avec nos partenaires, nous voulons nous mobiliser pour que chaque peuple ai le droit d'être en bonne santé. La flottille humanitaire qui entendait atteindre Gaza se battait notamment pour le droit à la santé des Palestiniens de Gaza.
 
Aujourd'hui, pour défendre ce droit, pour que soit levé le blocus contre Gaza, pour qu'Israël respecte le droit international et les droits du peuple palestinien, y compris son droit à la santé, il n'y a pas d'autre solution que le boycott d'Israël. C'est à cette conclusion qu'est également parvenu le Mouvement populaire pour la santé, un réseau de plusieurs dizaines de mouvements et d'ONG qui, à travers le monde, se mobilise pour défendre le droit à la santé des peuples.
 
Johannesbourg, le 5 juin 2010
 
Le Mouvement populaire pour la santé condamne fermement l’attaque violente et préméditée du gouvernement israélien de la flotte civile transportant des activistes pacifiques et de l’aide humanitaire à destination de Gaza, le 31 mai 2010.
L’attaque de l’armée israélienne, qui a utilisé des armes, tuant des civils et qui s’est déroulée dans les eaux internationales, est une violation directe de la loi maritime internationale. Les activistes voulaient protester contre le blocus israélien de Gaza. Au moins 9 civils sont morts (selon les sources israéliennes) et des douzaines d’autres ont été blessés.
 
Parmi d’autres formes d’aide humanitaire, la flotte devait apporter un ravitaillement vital pour faire face à la détérioration rapide de la situation à Gaza en matière de santé et de soins. Ce ravitaillement comprenait des médicaments, des fauteuils roulants et des matériaux de construction – toutes choses vitales pour réparer les infrastructures médicales, pallier le manque criant de médicaments et aider à la réhabilitation d’un peuple paralysé suite à l’action militaire d’Israël.
 
Avec le soutien des États-Unis, le gouvernement d’Israël viole depuis des années les droits du peuple palestinien, en occupant les territoires palestiniens ; en maintenant le blocus économique de Gaza ; et en menant des actions militaires contre une population civile occupée. L’impact sur le bien-être physique et mental de la population, tout particulièrement des femmes et des enfants, est très important (voir People’s Charter for Health).
 
De nombreux rapports de témoins oculaires et des études indépendantes ont documenté les effets sur la santé du blocus brutal israélien de Gaza. L'interruption de la fourniture de produits pharmaceutiques a porté atteinte à des personnes avec des problèmes de santé chroniques (comme le diabète et l'hypertension) ainsi que ceux nécessitant des soins aigus. Le refus faire entrer plus d'une quantité minimale de nourriture dans la baqndue de Gaza a conduit à des taux inadmissibles de malnutrition, surtout chez les efnants (45% des enfants de moins de 5 présentent une insuffisance pondérale, 63% sont anémiques). [données provenant du rapport d'avril 2009 de la Physicians for Human Rights-Israel and Palestinian Medical Relief Society] Ce sont les conditions que la flottille de Gaza a tenté de changer car nos gouvernements refusaient de le faire.
 
Dans son récent Rapport sur les Droits de l’Homme, Amnesty International souligne l’impact de la punition collective infligée à la population de Gaza, qui a « aggravé la crise humanitaire en cours. Chômage massif, extrême pauvreté, insécurité alimentaire et hausse des prix alimentaires causés par la pénurie ». Autrement dit, la population de Gaza est dans une situation de détresse sanitaire, suite à la destruction des infrastructures médicales et à l’impact du blocus et des actions militaires sur les éléments sociaux déterminants sur le plan sanitaire.
 
Le Mouvement populaire pour la santé exige : 

  • que soit menée une enquête crédible et indépendante sur cette attaque barbare à l’encontre de civils pacifiques et de bénévoles  ;
  • qu’Israël accepte l’accès de l’aide humanitaire à Gaza. Selon les Nations Unies, seule une partie de l’aide nécessaire pénètre dans Gaza.
  • qu’Israël lève immédiatement le blocus économique de Gaza et mette fin à l’occupation des territoires palestiniens ;
  • que les différents gouvernements à travers le monde coupent tous liens diplomatiques, commerciaux et militaires avec Israël et soutiennent la campagne internationale de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre l’état israélien d’apartheid.

Nous faisons appel aux organisations civiles et aux citoyens de par le monde pour qu’ils fassent pression sur leurs gouvernements pour que ceux-ci prennent des mesures à l'encontre d'Israël, qu'ils mettent la pression sur Israël afin qu'il accepte l'aide humanitaire et la nourriture à l'intérieur de Gaza, qu'il mette fin à l'occupation des territoires palestiniens et qu'ils mettent fin au blocus de Gaza qui a un impact négatif sur un grand nombre de femmes et d'enfants, personnes âgées et malades. Nous reconnaissons et apprécions la croissances des forces sociales en Israël qui s'opposent activement au siège continu de Gaza et nous appelons le gouvernement israélien à mettre fin au harcèlement et à la répression croissants qui sont infligés.

Bridget Lloyd (Coordinateur général, au nom du secrétariat)
Prem John (Co-président, Inde), Fran Baum (Co-président, Australie) Hani Serag (Coordinateur adjoint, Egypte), Amit Sengupta (Coordinateur adjoint, Inde), Alexis Benos (Grèce), Arturo Quizhpe (Equateur), Bala (Sri Lanka), Claudio Schuftan (Vietnam), David Legge (Australie), David McCoy (Royaume-Uni), David Sanders (Afrique du Sud), Delen de la Paz (Philippines), Ekbal (Inde), Jihad Mashal (Palestine), Lanny Smith (USA), Maija Kagis (Canada), Margarita Posada (El Salvador), Maria Hamlin Zuniga (Nicaragua), Martin Khor, (Malaisie), Mira Shiva (Inde), Qasem C
howdury (Bangladesh), Ravi Narayan (Inde), Sarah Shannon (USA), Zafrullah Chowdhury (Bangladesh)
 
Au nom du Mouvement populaire pour la santé

6691 views