22/08/14

Comment le personnel d'un hôpital à Gaza parvient-il à tenir le coup en temps de guerre ?

Mardi 19 août, les bombardements ont repris sur Gaza, après un cessez-le-feu de près de 9 jours. Depuis lors, il y a de nouveau eu des dizaines de morts, ce qui porte à plus de 2000 le nombre total de morts parmi les Palestiniens. Nous nous sommes entretenus avec Ahmad Muhanne, le directeur médical de l'hôpital Al Awda à Jabaliya, afin de savoir quelle est la situation sur place.
Avec le soutien que nous recevons, nous trouvons le courage de continuer à assister notre population.

Le Dr Muhanne est lui-même anesthésiste et n'a pas quitté l'hôpital de toute la guerre. « Notre schéma de travail en temps de guerre consiste en une tournante de 24 heures de service et de 24 heures de repos » , explique-t-il, « mais parfois les pauses durent plus de 36 heures, parce que tout le personnel ne peut pas rallier l'hôpital en toute sécurité. »

Au cours des cinq premières semaines de cette guerre, l'hôpital Al Awda a dû soigner 570 blessés. En outre, l'hôpital assure aussi la seule maternité de tout le nord de la bande de Gaza. En un mois, le personnel médical a donc dû pratiquer 380 accouchements, dont une partie importante par césarienne. C'est le triple du nombre normal dans une période de même durée. « Nous avons également assisté à une forte hausse du nombre de fausses couches tardives et d'hémorragies durant la grossesse », explique le Dr Muhanne, « et c'est sans aucun doute lié à l'angoisse et au stress auxquels sont confrontées les femmes enceintes à Gaza pour l'instant. »

Aussi les statistiques sont-elles impressionnantes. Depuis le début des bombardements israéliens, le 7 juillet, quelque 10.200 personnes ont été blessées. C'est surtout le sort des enfants qui suscite des inquiétudes : 1000 enfants garderont un handicap toute leur vie, 1500 sont devenus orphelins et 6000 ont un de leurs deux parents qui gardera un handicap permanent des violences de la guerre.

Plus de 400.000 personnes sont actuellement entassés dans des centres provisoires pour réfugiés ou chez des proches. 33 hôpitaux et centres de soins ont subi des dégâts en raison des bombardements. La situation s'aggrave rapidement maintenant que les bombes ont recommencé à tomber. La plupart de ces gens dépendent de l'aide alimentaire des Nations unies. De plus, l'extrême pénurie d'eau potable accroît les risques d'épidémie.

Pour l'hôpital, l'approvisionnement en électricité reste une préoccupation angoissante. Pour l'instant, l'un des deux générateurs censé garantir l'approvisionnement en courant est hors service. Vu que le réseau ne fournit du courant que six heures par jour à peine, c'est une situation on ne peut plus précaire.

Ensuite, il y a le manque de médicaments. Tous les hôpitaux y sont confrontés, mais les hôpitaux publics s'en tirent cependant un petit peu mieux que ceux des ONG. Si, de temps à autre, le ministère palestinien de la Santé parvient à faire entrer un chargement de médicaments, il va de préférence dans les hôpitaux publics.

À la fin de notre conversation, le Dr Muhanne remercie du fond du cœur tous les sympathisants belges pour leur sollicitude à l'égard du sort des gens de Gaza et pour leur soutien d'une nécessité vitale : « La réalité est très dure. Jamais nous n'avions encore vécu quelque chose d'aussi grave. Mais, avec le soutien que nous recevons, nous trouvons le courage de continuer à aider notre population. »

M3M veut soutenir UHWC et l’hôpital Al-Awda en envoyant de l’argent pour l’achat de médicaments  et de carburant.

Vous pouvez soutenir le fonds d'urgence de Médecine pour le Tiers Monde (M3M) en faisant un don sur le numéro de compte BE15 0010 4517 8030 et en inscrivant «fonds d'urgence» dans la communication. Vous pouvez aussi faire un don en ligne. Avec une domiciliation mensuelle, vous donnez un caractère durable à votre soutien. Les dons de 40 euros ou plus par an donnent droit à une attestation fiscale. Informez-vous via notre site web et notre page Facebook sur les actions concrètes que nous soutenons.

 

Photo : Anne Pacq

Plus sur ce sujet

09/12
Après le lancement de la campagne militaire menée par Israël contre la bande de Gaza début juillet 2014, M3M a décidé d'organiser une campagne de récolte de fonds à destination de notre partenair
23/10
Une conférence internationale de donateurs a promis de soutenir la reconstruction de Gaza, mais les organisations qui traitent de la santé à Gaza nous disent que les besoins sont énormes et urgents.
14/09
Élisabeth et Céline, les membres de l'équipe médicale que nous avons envoyée à Gaza, ont un programme chargé à réaliser avec notre partenaire local, l'Union of Health Work Committees (UHWC).
6541 views