05/02/16

Congo – Citoyens, mouvements sociaux et autorités: des partenaires pour le droit à la santé

EDS et CODIC, nos partenaires en République démocratique du Congo travaillent ensemble sur un projet visant à impliquer la population dans le développement et l'appropriation de politiques locales et nationales. Ensemble avec la population, ils abordent les difficultés rencontrées dans leur lutte pour la santé. avec les autorités, des solutions.
La population elle-même met en avant les causes des problèmes de santé majeurs

C'est donc la population elle-même qui met en avant les causes des problèmes de santé majeurs (accès difficile à l'eau potable, mauvais assainissement, etc.) et recherche, en collaboration avec les autorités, des solutions.

Conférence

Durant l'été 2015, à Kinshasa, nos partenaires ont organisé une conférence réunissant les différents mouvements sociaux, les citoyens et les autorités. Pendant deux jours, plus de 300 participants ont échangé sur le droit à la santé. Parmi eux, il y avait de nombreux activistes de la santé, des membres de mouvements sociaux et également des autorités locales, provinciales et nationales. Le chef du département de l'assainissement de la ville de Kinshasa a abordé les difficultés et les défis de la gestion des déchets urbains. M. Munenda, responsable de la planification et des projets nationaux de la société publique de gestion de l'eau, a, quant à lui, rappeler que leur but était de fournir à tous de l'eau potable en luttant contre les obstacles qui se dressent à l'encontre de cet objectif. À la suite de la conférence, un "cahier des charges" a été rédigé. Celui-ci reprend la liste de toutes les recommandations faites par les participants afin d'améliorer le droit à la santé en RDC.

Pas seulement de belles paroles

Après ces réflexions, il ne doit pas seulement rester de beaux discours. Pour ce faire, un système est nécessaire pour transformer les recommandations en réels changements. C'est pourquoi, il a été décidé de mettre en place des cadres de concertation, au niveau local d'abord. Au cours de ces séances, des citoyens, des organisations de femmes, de jeunes, des mouvements paysans mais également des représentants des autorités locales, communautaires et religieuses, s'engagent, ensemble, à réfléchir aux stratégies à employer pour mettre en pratique les recommandations et ainsi améliorer la santé de la population. A Kinshasa, 24 cadres de concertations sont prévus, un par commune ; ils s'appuieront sur des cadres de concertations organisés dans les différents quartiers. Une fois mis en place au niveau communal, l'objectif est d'étendre ces cadres de concertation au niveau provincial et ensuite national.

Cette manière de travailler ne va pas seulement inciter la population à participer à l'élaboration de politiques, elle garantit également la réduction du fossé entre les citoyens et leurs représentants politiques. En effet, les citoyens ne voient désormais plus le gouvernement comme un adversaire mais bien comme un partenaire avec qui ils peuvent débattre, négocier et envers qui ils peuvent émettre des critiques.

Inspiration du Kivu

De tels cadres de concertation ne sont pas une idée nouvelle. En effet, nos partenaires, EDS et CODIC, expérimentent déjà ce concept depuis plusieurs année au Kivu, dans l'Est du Congo. Depuis 2014, des groupes, dans chaque quartier, se réunissent. Tous les trois mois, se tient une réunion au niveau communal et l'objectif est maintenant d'organiser une grande réunion nationale par an.

Le premier thème de travail de ces cadres de concertation est la « Campagne pour le livre ». Les groupes locaux organisent différentes actions pour mener à bien cette campagne et ainsi reconstituer les bibliothèques de la région tout en sensibilisant la population à leur importance. Au Kivu et à Goma, au vu du succès de ces actions, les autorités locales ont demandé aux groupes locaux de concertation d'également s'occuper de la campagne visant à « sensibiliser sur les effets des émanations et des éruptions volcaniques. »

4377 views