10/10/14

Congo: les industries minières rendent difficile l'accès à l'eau

La ville de Lubumbashi est victime, depuis plusieurs années, de l'industrie minière. Ces activités consomment et polluent d'énormes quantités d'eau ce qui aggrave l'accès à une eau salubre pour les citoyens de la région. Eric Isolo Yav, responsable de l'antenne Étoile du Sud à Lubumbashi, nous partage son expérience.

Je m’appelle Isolo Yav Eric, j'habite depuis toujours à Lubumbashi , le chef lieu de la province du Katanga, la réserve minière de la République démocratique du Congo (RDC).

J'observe au quotidien, dans ma vie et dans mon travail, à quel point la situation de l'accès à l’eau potable est vraiment déplorable dans mon pays. D’après les dernières statistiques, 26% seulement de la population du Katanga peut utiliser de l’eau du robinet ; les 74 autres pour-cent doivent se contenter de l’eau issue de puits naturels – souvent archaïque – ou forés dont l'accès et la qualité ne sont pas au rendez-vous.

Je me souviens que dans les années 90, à Lubumbashi, on se procurait facilement de l'eau potable en grande quantité, ce n'était pas un problème. Mais depuis que les industries minières se sont multipliées et installées dans notre province, c'est devenu un vrai problème car ces industries ont besoin de beaucoup d'eau pour fonctionner. Maintenant, on le ressent tous les jours : la pression dans les maisons est de moins en moins forte, on a souvent des coupures d'eau pendant de longues heures, ce qu'on ne connaissait pas avant ; il faut s'organiser pour conserver et stocker l'eau pour être sûr de pouvoir se laver le matin, faire la vaisselle, préparer les aliments, nettoyer la maison, il faut y penser tous les jours, et chaque matin on commence la journée en se demandant s'il y aura de l'eau ou pas.

Et puis, il n'y a pas que ça, il y a aussi la pollution de l'eau car les industries minières rejettent l'eau qu'elles utilisent sans la traiter, directement dans les canaux de la ville qui sont maintenant pollués. On voit les poissons morts qui flottent. Et c'est une eau que certaines personnes consomment malgré tout, faute d'avoir accès à une autre source d'eau.

Le manque d’eau potable dans les ménages a de multiples impacts : les gens sont obligés de faire 1 à 2 km pour trouver de l'eau et en ramener à la maison, et souvent ce sont les enfants qui sont chargés de cela ou les femmes, c'est du temps qu'ils auraient pu consacrer à autre chose, et puis il y a les maladies liées à l'eau comme la maladie « des mains sales » (c'est ainsi qu'on appelle le choléra), la diarrhée, qui est un risque pour la santé des gens, et aussi qui représente un coût pour se faire soigner.

Pour lutter contre cela, il est important de sensibiliser, organiser et mobiliser la population autour de ces différents problèmes liés à l'accès à l'eau potable afin de porter les revendications de la population devant nos gouvernants, et trouver une solution durable.

 

8692 views