25/07/14

Déclaration de Margarita : les mouvements sociaux s'unissent pour le climat

En novembre 2013, lors de la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP 19), le G-77 et la société civile, déçus, ont quitté les discussions politiques inutiles pour sortir dans la rue avec le slogan « volveremos », nous reviendrons. Une promesse tenue quand, sept mois plus tard, plus de 130 organisations écologistes se réunissent au Venezuela pour préparer de la Pré COP sociale et écrire la Déclaration de Margarita qui veut en finir avec l'économie verte et les fausses solutions et intégrer la participation sociale dans les décisions politiques.
Avec beaucoup de solidarité, nous parviendrons un jour à ce qu'il y ait une réelle justice climatique dans ce monde!

COP 19: une déception qui unit la société civile

La conférence climatique des Nations-Unies à Varsovie qui a eu lieu en novembre 2013 s'est soldée sur un échec. Tout au long de ces semaines de négociations, les intérêts des industries et multinationales énergétiques ont primé sur ceux de la population dans son ensemble. Les pays industrialisés n'ont, à nouveau, pas montrer leur envie de réduire leurs émissions de CO2 ni de donner un soutien supplémentaire à l'adaptation d'ici 2020.

Une urgence qui s'avérait plus que nécessaire avec le typhon Haiyan qui ouvrait cette Conférence et faisait des millions de victimes aux Philippines. C'est avec beaucoup d'émotion et de déception que Maria Theresa Lauron, membre de la délégation de la société civile philippine à Varsovie et membre d'Ibon, partenaire de M3M nous raconta 1: « En un mot, ce sommet n'a débouché sur rien ou presque. Notre pays a été victime ces derniers jours de la preuve même que les changements climatiques existent. C'était le 23e typhon cette année aux Philippines et on en prévoit encore deux d'ici la fin de l'année. 25 typhons en un an. Combien en faudra-t-il encore pour que de réelles décisions soient prises ? ». 

Une telle déception qui s'est transformée en une envie forte de la part des mouvements sociaux de s'unir et d'agir pour le climat! « J'ai quand même été heureuse lorsque, à 3 heures 52 du matin, on m'a réveillé pour me dire que le G-77 s'est retiré des discussions, fatigué de tous ces processus longs et inutiles et de ces discours qui ne dépassent pas le niveau de la rhétorique. Une bonne partie de la société civile a fait de même. Avec la prochaine COP qui se déroulera à Lima, au Pérou, notre slogan est « volveremos! ». Nous allons davantage renforcer la société civile en la sensibilisant et en la mobilisant. Avec beaucoup de solidarité, nous parviendrons un jour à ce qu'il y ait une réelle justice climatique dans ce monde! ».

Mouvements sociaux: ensemble pour le climat

Sept mois plus tard, du 15 au 18 juillet 2014, plus de 130 organisations écologistes du monde entier, dont Ibon partenaire de M3M, se sont rassemblées sur l'île de Margarita au Venezuela pour préparer la Pré COP sociale sur le changement climatique qui aura lieu du 4 au 7 novembre 2014 au  Venezuela.

La Pré COP sociale, est la première Consultation Publique Mondiale qui réunit gouvernements et mouvements sociaux afin d'établir les bases d'une alliance entre les Peuples et les Gouvernements confrontés à la menace du changement climatique qui pèse sur l'humanité.  

La Conférence, qui a duré 4 jours et qui était soutenue par les Nations Unies, rassemblait, pour la première fois, des organisations et mouvements sociaux pour entamer un dialogue avec les Nations Unies au sujet du changement climatique. Cette conférence a débouché sur la Déclaration de Margarita.

Déclaration de Margarita : changement du système, pas du climat!

La Déclaration de Margarita, qui sera remise aux gouvernements lors de la COP 20 à Lima déclare:  «Les causes structurelles du changement climatique sont liées au système capitaliste hégémonique actuel […] Pour changer le climat, il est nécessaire de changer le système ». 

Les participants ont surpris les organisateurs de l’ONU en critiquant le fonctionnement des marchés du carbone et les programmes de conservation des forêts. Selon la déclaration, le marché international du carbone n'est qu'une fausse solution au problème du changement climatique. Celui-ci permet aux pays riches de rejeter de grandes quantités de carbone en achetant les quotas d'émissions de carbone inutilisés par les pays moins industrialisés. Le programme de conservation des forêts, le  Reducing Emissions from Deforestation and Land Degradation (REDD), créé par l'ONU a aussi été critiqué.

La Déclaration rejette également la présence des multinationales dans les décisions sur les changements climatiques et met l'accent  sur la participation sociale : «  Nous rejetons l'ingérence des multinationales dans les décisions de l'Organisation des Nations Unies au détriment des droits des Peuples et de la souveraineté des États […] La participation sociale est un facteur clé pour la transformation. Il est nécessaire de promouvoir l'intégration des mouvements sociaux et d'inclure les peuples et leurs organisations sociales  dans la prise de décision à tous les niveaux. »
 

1

  Témoignage lors du débriefing de la COP 19 organisé par M3M le 25 novembre 2013 https://fr.vivasalud.be/agenda/debriefing-sur-la-cop-19-de-varsovie

5898 views