06/07/16

Des mouvements sociaux philippins rencontrent le nouveau Président : "Il nous a invités à Malacañang"

L’espoir est grand que le nouveau gouvernement Duterte mène à un réel changement.
Le changement, en effet, est en marche.

Le 30 juin dernier, tandis que Rodrigo Duterte prêtait serment en tant que nouveau président des Philippines, les membres de divers mouvements sociaux progressistes se sont rassemblés par milliers sur le pont Mendiola.

Mais ce rassemblement s’est révélé très différent d’une manifestation ordinaire lorsqu’ils ont posé le pied sur ce pont historique. Cette fois-ci, leur but était de témoigner leur soutien à l’administration entrante et d’enclencher le programme populaire pour le changement.

Inhabituel, en effet. Aucun policier pour les empêcher d’atteindre Malacañang (le bureau du Président) à coups de matraque, aucun fils barbelé et aucune barricade. Les agents de la circulation, d’ordinaire anti-manifestations, s’empressaient de faire de la place pour le rassemblement. Pas de jurons d’ automobilistes excédés, non plus.

C’était une grande surprise. Le changement, en effet, est en marche,” observait l’un des participants.

Mais le coup de théâtre s’est produit lorsque les membres de la Garde présidentielle sont soudain apparus au cours du rassemblement pour inviter plusieurs responsables à rencontrer le Président lui-même à Malacañang.

C’était sans doute la première fois qu’un président invitait des membres d’organisations progressistes à Malacañang.

L’opposé du président sortant

Cette attitude était totalement à l’opposé de celle du président sortant envers les groupes appartenant au mouvement social progressiste. La population n’oubliera jamais la façon dont Aquino a méprisé et ricané à la face des leaders de People’s Surge, un groupe de survivants du typhon Haiyan (Yolanda), qui est venu à Malacañang en 2014 pour remettre au Président leur pétition demandant une aide financière supplémentaire et l’abandon de la politique de zone de non-construction qui déplacerait énormément de familles de pêcheurs. Assurément, la population se souviendra du gouvernement Aquino pour son indifférence et son manque d’empathie envers les pauvres.

Le fait que le Président Duterte invite les leaders du mouvement social progressiste peut être interprété comme le symbole de son désir de travailler avec eux pour véritablement rencontrer l’aspiration au changement de la population. Il avait déjà désigné les activistes reconnus Rafael Mariano, du Kilusang Magbubukid ng Pilipinas (Mouvement Paysan des Philippines), et Judy Taguiwalo, respectivement à la tête du Ministère de la Réforme agraire et du Ministère de la Protection sociale et du Développement. (Au moment d’écrire cet article, on apprenait que l’ancienne représentante de Gabriela, Liza Maza, était nommée à la tête de la Commission nationale Anti-Pauvreté).

Le Programme populaire pour le Changement

La rencontre avec Duterte a duré 40 minutes, au cours desquelles les leaders et le Président ont discuté de nombreuses problématiques, notamment celles de la contractualisation, de l’exploitation minière dévastatrice, des terres ancestrales, de la réforme terrienne, de la libération de prisonniers politiques pour raisons humanitaires, de l’augmentation du budget pour les services de santé et l’éducation. À la fin de la rencontre, les leaders ont présenté au Président le Programme populaire pour le Changement.

Le Programme populaire se décline en 15 points visant un changement nationaliste et progressiste, qui avance des propositions concrètes sur des secteurs-clés, tels que l’économie, la politique sociale, la paix et les droits humains, la lutte contre la corruption, la gouvernance et la politique étrangère.

Les partenaires de M3M, IBON, Gabriela, CHD (Council for Health and Development) et Advocates for Community Health ont contribué à l’élaboration des propositions dans leurs domaines de plaidoyer respectifs.

Le Programme populaire est le produit de consultations et d’ateliers au sein de différents secteurs ces dernières semaines, dont le point culminant fut le Sommet de la Paix de Mindanao à Davao City et le Sommet national des Peuples à Manille.

A Davao City, plus de 40.000 personnes se sont rassemblées au Parc Rizal pour soutenir la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement Duterte et le Front National Démocratique. Ils ont exhorté le nouveau président à s’attaquer aux causes profondes du conflit armé et à tenir compte de l’exigence populaire de l’île de Mindanao de cesser l’exploitation minière dévastatrice et les opérations de déforestation, l’extension des grandes plantations et la militarisation des communautés Lumad et paysannes.

Ces appels ont été consignés, ainsi que d’autres propositions, dans un document intitulé le Programme de Développement de Mindanao, et présenté au Secrétaire au Travail entrant, Silvestre Bello, qui a assisté à l’événement. Il était accompagné par l’activiste Joel Maglunsod, fraîchement nommé Sous-secrétaire au Travail, et par une autre activiste, May Ancheta-Templar, nommée Sous-secrétaire au Ministère de la Protection sociale.

A Manille, des milliers de gens ont rempli le Film Center de l’Université des Philippines pour écouter les représentants de différents secteurs présenter leurs exigences urgentes pour les 100 premiers jours du gouvernement Duterte.

Industrialisation nationale

Un des orateurs, Sonny Africa, directeur exécutif d'IBON, a souligné l’importance de l’industrialisation nationale pour atteindre le développement économique. Il a soutenu que les Philippines devraient se libérer de et lutter contre les accords étrangers injustes et biaisés, tels que le Partenariat Trans-Pacifique mené par les États-Unis, le Partenariat Economique Régional Intégral initié par la Chine, l’Organisation Mondiale du Commerce, la Coopération Économique pour l’Asie-Pacifique, la Zone de Libre-Echange ASEAN, et autres.

D’autres propositions incluaient la mise en œuvre d’une véritable réforme agraire, la fin des pratiques de contractualisation pour les travailleurs, des services améliorés pour les travailleurs philippins d’outremer, l’arrêt de la privatisation des soins de santé et de l’éducation, la suppression d’opérations de contre-insurrection comme Oplan Bayanihan, dont sont victimes les paysans et les populations autochtones, la protection des terres ancestrales des agressions du développement, la bonne gouvernance et l’abolition des politiques de favoritisme (« pork barrel »), l’arrêt de l’intervention militaire américaine sous couvert de l’EDCA (Accord de la Coopération Renforcée de Défense) et l’affirmation de la souveraineté nationale et du patrimoine national.

Après la présentation, les leaders ont distribué des exemplaires du Programme populaire aux représentants des branches exécutives et législatives du gouvernement.

Étaient présents pour recevoir les propositions les membres du mouvement social progressiste qui font maintenant partie du gouvernement Duterte, comme Rafael Mariano et Judy Taguiwalo. Des représentants de parti appartenant au bloc Makabayan (Gabriela, Alliance of Concerned Teachers, Bayan Muna, Anakpawis et Kabataan) étaient également là pour accepter ces propositions.

Des exemplaires ont aussi été distribués aux représentants des bureaux des sénateurs Grace Poe, Allan Peter Cayetano et Francis Escudero qui ont assisté à l’événement.

Dans son discours, le représentant de Bayan Muna, Carlos Zarate, a déclaré que, sous le gouvernement Duterte, beaucoup d’opportunités ont été créées pour faire avancer les mesures pro-citoyens, citant les déclarations de Duterte sur la résolution des problèmes des paysans et des autochtones, le besoin de s’attaquer aux racines du conflit armé, la libération de prisonniers politiques, la fin de la contractualisation et autres.

Mais il a noté avec prudence que, parmi les opportunités positives ouvertes au mouvement social, les forces réactionnaires et conservatrices des grands propriétaires et gros capitalistes et de l’impérialisme américain, sont toujours bien présentes.

« Le changement ne sera pas servi sur un plateau d’argent. Au final, nous allons nous battre pour un véritable changement », a déclaré Zarate. 

6942 views