17/10/11

Droits de femmes en Palestine: une double bataille

Victoria Shukri, Health Work Committees, 11ème Rencontre Internationale Femmes et Santé, 13 -17 septembre 2011, Bruxelles
 

Lors de la 11ème Rencontre Internationale Femmes et Santé qui s'est tenue à Bruxelles, Victoria Shukri est venue parler de la situation sanitaire des femmes en Palestine. Elle a souligné à la fois l'impact direct de l'occupation et les problèmes au sein de la société palestinienne. Problèmes qui sont maintenus et renforcés par l'occupation.

 

 

Durant la période de la première Intifada, les femmes palestiniennes ont joué un rôle important dans la lutte pour l'autodétermination en Palestine. Elles étaient alors confrontées au choix stratégique difficile entre la lutte pour la libération nationale et celle pour l'émancipation sociale. Pour la création de l'Autorité palestinienne, elles ont donné la priorité à la lutte nationale, mais après 1993, plus de travail a été fourni pour promouvoir l'égalité des droits et améliorer leur position dans la communauté palestinienne. Cette bataille est menée dans divers domaines, au niveau de la discrimination institutionnelle à l'encontre des femmes dans la législation, contre la violence à l'encontre des femmes dans la famille et la position subordonnée des femmes dans la société patriarcale palestinienne.

 

Dans leur lutte pour leurs droits et pour l'égalité, l'occupation israélienne de la Palestine est un deuxième obstacle pour les femmes palestiniennes. D'une part elles sont confrontées à la violence directe de l'occupation et d'autre part, l'occupation renforce la violence contre les femmes au sein même de la société palestinienne.

L'occupation interfère dans tous les aspects de la vie quotidienne des palestiniennes, avec une violation des droits sociaux, économiques, culturels et politiques. Elle conduit à de nombreux problèmes comme le chômage, la restriction de mouvement, la destruction de maisons, la violence physique et l'intimidation, la confiscation de terres fertiles et des ressources palestiniennes en eau, si bien que les agriculteurs et de nombreuses familles ont perdu leurs revenus. Chacun de ces problèmes et bien d'autres touchent l'entièreté de la communauté palestinienne, et les femmes en particulier.

Sécurité pour qui ?

Sous le couvert de la sécurité, les israéliens ont construit un mur sur le territoire palestinien occupé et ont installé quelques 500 checkpoints et barrages routiers, limitant drastiquement de nombreux déplacements des Palestiniens. La sécurité qui est ici protégée est celle de plusieurs centaines de milliers de colons israéliens.

Les restrictions de circulation ont un impact direct sur l'accès à l'éducation et aux services de santé. En raison de longues files d'attente aux points de contrôle, des dizaines de femmes enceintes ont déjà été forcées d'accoucher à un checkpoint, avec dans certains cas une issue fatale pour la mère et l'enfant à cause de l'absence d'une aide professionnelle. De plus en plus de femmes optent pour une césarienne ou un accouchement à domicile avec tous les risques que cela comprend. Pour éviter les traitements dégradants aux points de contrôle, certains parents décident de ne pas laisser leurs filles aller à l'école et parfois, ils préfèrent marier leur fille à un jeune âge. Mais l'accouchement à un âge précoce implique un risque accru de complications.

La limitation de la mobilité a également augmenté le nombre de mariages au sein de la même famille dans le village, de peur d'être par la suite séparé du reste de la famille. Les mariages au sein de la même famille augmentent le risque d'anomalies génétiques.

La pauvreté et la violence domestique

L'occupation freine de diverses manières le développement de l'économie palestinienne: l'accès aux terres et l'exploitation des matières premières sont empêchés, le transport est compliqué à cause des nombreux checkpoints et barrages routiers, les importations et les exportations sont contrôlées par Israël. Le chômage est donc très élevé. Les hommes qui assurent habituellement les revenus de la famille sont aujourd'hui frustrés de ne plus pouvoir assumer leur rôle dans la famille comme avant. Les femmes sont plus souvent hors de la maison car il devient nécessaire pour elle de travailler, ce qui double leur charge quotidienne de travail car le fait de s'occuper de la famille, généralement de grande taille, et les tâches domestiques restent de leur ressort. Ces changements dans les rôles traditionnels entrainent des tensions et une violence croissante.

Des familles déchirées

Les palestiniens de Cisjordanie ou de Gaza qui se marient avec une personne de Jérusalem ne peuvent pas vivre ensemble à Jérusalem. S'ils viennent quand même vivre à Jérusalem, alors ils y restent illégalement et risquent à tout moment d'être expulsés. La procédure pour un regroupement familial est rarement couronnée de succès. Les enfants issus de familles dont seule la mère détient un permis de séjour permanent à Jérusalem, ne détiennent quand à eux que rarement d'un permis de séjour et n'ont donc pas droit à l'éducation, à l'assurance santé et aux autres services sociaux. La seule alternative est que ces enfants aillent habiter chez de la famille en Cisjordanie ou à Gaza, ou que la maman renonce à son droit de séjour à Jérusalem. C'est précisément cette dernière option que vise Israel afin de chasser un maximum de palestiniens hors de Jérusalem.

Un autre problème qui conduit de plus en plus de familles palestiniennes au désespoir sont les destructions de maisons qui font que du jour au lendemain des familles entières se retrouvent à la rue. Les femmes qui prennent généralement soin des tâches ménagères et des enfants, perdent toute emprise. Le fait d'emménager dans la famille signifie aussi souvent que ces femmes perdent le contrôle sur leur propre famille. Ce genre de situations peut générer beaucoup de tensions dans la famille et engendrer de la violence domestique.

Empowerment

En matière de santé des femmes, Health Work Committees (HWC) va au-delà de la santé reproductive. A partir de la santé et de l'éducation, le personnel de HWC veut rendre les femmes conscientes de leurs droits et essaie de faire en sorte qu'elles en discutent avec leur famille.

Ils travaillent pas à pas, au cours de consultations, mais aussi lors de visites à domicile. Là, ils peuvent voir les femmes dans leur environnement quotidien et peuvent mieux estimer les problèmes spécifiques auxquels elles sont confrontées. Les visites à domicile permettent également d'impliquer la famille de la femme dans la conversation et permettent donc une plus large prise de conscience du travail effectué autour des normes sociales, de la violence domestique, et de la promotion de l'égalité.

HWC sensibilise également à travers des ateliers où les femmes ont la possibilité de partager leurs expériences. Cela leur permet de prendre leurs propres décisions concernant leur corps, leur santé, l'exercice de leurs droits, y compris le droit de choisir leur propre mari, de déterminer l'âge où elles se marient et ont des enfants. Une femme qui a pris part à l'un des ateliers a décrit le problème comme ceci:« Comment puis-je prendre des décisions dans ma famille ou à la maison ou encore aider à prendre des décisions en ce qui concerne ce qui se passe dans ma communauté si je n'ai aucun contrôle sur mon propre corps? ». 

Autres contributions de nos partenaires lors de la Rencontre Internationale Femmes et Santé:  

6937 views