19/12/13

Gaza se noie, Israël ajoute de l'eau

Le 11 décembre dernier, la Palestine a été touchée par une tempête qui a duré près d'une semaine. Pour empirer la situation, Israël a ouvert les vannes d'un barrage à l'est de Rafah avec pour conséquence que les habitations de centaines de Gazaouites se sont retrouvées sous eau.

La bande de Gaza a donc dû faire face à des inondations, aggravées par cette terrible décision israélienne. Pour Jehan Al Aklouk, la responsable de projet de notre partenaire à Gaza, la Union of Health Work Committees, il s'agit d'une crise qui vient s'ajouter à la crise humanitaire chronique causée par le blocus israélien.

 

Comment est la situation à Gaza après les fortes pluies de la semaine dernière?
 

Jehan: “Je suis moi-même juste de retour au bureau après une semaine. Nous avons dû fermer notre bureau pendant une semaine. Impossible d'y accéder. Les gens nageaient dans les rues. Pour les gens à Gaza, il s'agit d'une crise qui vient s'ajouter à la situation déjà très difficile dans laquelle ils vivent depuis des années. En plus de ces inondations, il fait aussi très froid. Des températures comprises entre 0 et 3°C, c'est quelque chose que nous n'avons jamais ici. Si l'on considère que dans le meilleur des cas, nous avons 12 heures d'électricité par jour, dans le pire des cas seulement 3 heures, parfois uniquement la nuit, vous pouvez vous imaginer ce que cela représente pour les gens de ne pas avoir de chauffage. Même dans notre hôpital, nous sommes quasi entièrement dépendants de générateurs, ce qui fait qu'il est très difficile de planifier des opérations.”

 

Des milliers de personnes ont été évacuées. Quelle aide reçoivent-elles?
 

Jehan: “La plupart des personnes ont été relogées dans des écoles, mais beaucoup d'autres ne voulaient pas quitter leur logement. A Gaza, la majorité des familles partagent une maison à plusieurs étages. Ceux qui vivaient au rez-de-chaussée ont déménagé à un étage supérieur car leur habitation était sous eau. Ils reçoivent de l'aide alimentaire à domicile. Avec l'Union of Health Work Committees, nous évaluons à présent la situation sur les différents lieux où nous avons un centre de santé. Nous essayons d'aider tous ceux qui sont dans le besoin, que ce soit à cause du froid, d'un manque de certains médicaments, ou d'autres soins.”

 

Les postes frontières sont-ils à présent ouverts plus longtemps pour l'aide humanitaire?
 

Jehan: “Le poste frontière avec l'Égypte reste fermé comme auparavant et du côté Israélien il n'y a que quelques patients qui peuvent passer la frontière pour des soins médicaux urgents, mais même pour eux cela reste une attente difficile et stressante avant de savoir s'ils pourront effectivement passer de l'autre côté. En ce qui nous concerne, nous avons pour le moment encore suffisamment de carburant pour faire tourner les générateurs de l'hôpital et de nos centres de santé, mais c'est incroyablement cher et cela crée beaucoup d'incertitudes."

 

 

Vous pouvez soutenir le travail de l'Union for Health Work Committees en faisant un don à Médecine pour le Tiers Monde au n° de compte BE15 0010 4517 8030  (BIC: GEBABEBB). Vous pouvez aussi faire un don en ligne.

 

 

Photo: Globovisión op Flickr

8685 views