10/03/16

La méthode du “changement le plus significatif” de M3M reconnue pour favoriser l'empowerment

Comment mesurer l'impact des activités visant à promouvoir le droit à la santé? Médecine pour le Tiers monde propose une méthodologie qui complète l'approche quantitative tout en favorisant l’empowerment des populations: la méthode du “changement le plus significatif” (CPS). Celle-ci présente de nombreux avantages; la revue Health and Human Rights Journal les a récemment mis en avant.
M3M propose une méthode participative à travers laquelle la collecte d'informations devient partie intégrante du processus d'apprentissage et d'autonomisation de l'organisation

Une méthode innovante, structurée et participative

Pour M3M, il est important d'évaluer les résultats des activités, tout en impliquant la population dans ce processus. Depuis 2010, l’ONG propose à ses partenaires congolais, philippins et palestiniens d’utiliser la méthodologie «du changement le plus significatif». Celle-ci consiste à se concentrer sur des histoires personnelles qui reflètent les expériences de changements chez les individus, la communauté et la population en générale à travers le temps.

Concrètement, la méthode CPS suit différentes étapes bien établies. Des bénéficiaires et membres de chacune des organisations partenaires sont invités à raconter leur histoires personnelles reflétant les motivations, les sentiments et les interprétations de chacun dans la création du changement. Souvent, deux groupes par organisation partenaire se prêtent au jeu. Après avoir recueilli les différents récits d'un groupe, l'une des histoires est sélectionnée par les participants pour représenter le changement le plus significatif obtenu grâce aux activités mises en œuvre. Ensuite, l'organisation partenaire doit justifier sa sélection du changement le plus significatif parmi la sélection déjà établie par leurs antennes. M3M sélectionne par la suite l'histoire qui représente le mieux le changement à atteindre à travers son programme. Finalement, le feedback de la sélection doit se faire en sens inverse afin que les participants connaissent les raisons des choix effectués.

La célèbre revue Health and Human Rights Journal - connue pour ses études sur les projets innovants liés à la lutte pour les droits de l'Homme qui ont trait à la santé – a récemment voulu se pencher sur cette méthode, mettant ainsi à l'honneur le travail de M3M (Article à lire en anglais ici). L'ONG et ses partenaires ont ainsi eu l'occasion de présenter leur travail commun en co-écrivant l'article. En effet, aux côtés des 5 membres de Médecine pour le Tiers Monde en Belgique, nous pouvons compter, parmi les auteurs, quatre représentants de nos partenaires aux Philippines, deux de République démocratique du Congo, deux de Palestine et deux du Nicaragua.

Des récits qui montrent des résultats … encourageants!

L'article présente des extraits de récits issus de différents endroits et organisations partenaires de M3M. Ces histoires illustrent de manière concrète l'utilité de la méthode CPS dans l'évaluation des résultats tels que l'apprentissage de techniques, le développement personnel, le renforcement du lien communautaire ou encore le développement organisationnel.

Aux Philippines, Fe raconte par exemple que, grâce aux enseignements dispensés par Advocates for Community Health, elle est maintenant capable de diagnostiquer des maladies et apporter les premiers soins : “Nous avons appris à déterminer différents types de maladies. Je suis maintenant capable d'aider un enfant souffrant de la malaria. […] Le changement le plus significatif dans notre association est que tous nos membres sont maintenant activement impliqués dans les services de santé”. En Palestine, le jeune Khaled nous rapporte que, grâce à la documentation, aux formations et visites de terrains offerts par Health Work Commitees, il a compris la situation réelle dans laquelle il vit et la nécessité d'avoir un regard critique sur celle-ci: “Maintenant, je ne suis plus timide, je peux exprimer mon opinion librement. La formation a renforcé ma personnalité, je suis devenu plus actif dans l'université et j'ai rejoint le conseil étudiant.». Un autre exemple est celui de Fidel en RDC : “Étoile du Sud organise les populations locales autour du droit à la santé. Nous sommes davantage organisés et nous nous mobilisons pour nous faire entendre auprès des autorités. C'est encourageant de voir que la population adopte un nouveau comportement, loin de la passivité qui nous caractérisait. […] La force croissante du mouvement m'a aidé à grandir et vice-versa. J'étais individualiste, je travaille maintenant pour le bien de la population. Ceci est mon changement le plus significatif».

Grâce aux histoires récoltées chaque année dans les mêmes communautés, M3M est capable d'évaluer de manière complète et flexible combien les activités dispensées par les organisations partenaires portent leurs fruits, autant de résultats parfois difficiles à démontrer de façon quantitative.

Une prise de conscience de l'importance du rôle de tous et de chacun

Au-delà de l'évaluation des activités, cette méthode présente bien d’autres points positifs. La revue souligne notamment que, grâce à la méthode participative et structurée du CPS, la collecte d'informations fait partie intégrante du processus d'apprentissage et d'autonomisation des organisations partenaires. Les témoignages et la discussion collective pour la sélection impliquent une prise de conscience des moyens efficaces pour favoriser le droit à la santé. Surtout, la méthode MSC accroît l'importance du rôle de chacun et de tous dans la création de changement de demain!

4399 views