20/11/14

Le Global Health Watch 4 : un rapport alternatif sur la santé dans le monde

Ce jeudi 20 novembre, le nouveau rapport de Global Health Watch (GHW) sera présenté en Belgique. Ce rapport a été élaboré entre autres par le People's Health Movement, un réseau international pour le droit à la santé. Médecine pour le Tiers Monde (M3M) y a également contribué.
Les réformes actuelles au sein de l'OMS risquent surtout de servir les intérêts des grandes entreprises. L'OMS risque de ce fait de perdre sa pertinence

Alors que le monde tente d'endiguer la crise provoquée par le virus Ebola, il est de plus en plus clair qu'il existe un lien entre l'impuissance des pays touchés d'aborder cette crise et l'effondrement des soins de santé publics. L'extrême pauvreté qui règne dans ces pays et l'absence de systèmes de santé fonctionnels, une résultante des mesures néolibérales, créent les conditions pour une propagation rapide de l'épidémie. C'est dans ce contexte qu'a été rédigé le nouveau rapport de Global Health Watch qui sera officiellement présenté ce jeudi 20 novembre. 

Le rapport de GHW en est à sa quatrième édition et il est mondialement perçu comme un rapport alternatif très pertinent sur la santé dans le monde. 

« Le GHW4 intègre de nouvelles analyses, propose des alternatives et donne des exemples de lutte et de changement. Le rapport prouve que la façon dont nous approchons les actions et la politique en matière de santé est en train de connaître un changement radical. Le GHW4 remet en question la politique de santé actuelle et propose des alternatives émanant de nouvelles analyses », déclare  Sangeeta Shashikant, conseillère de Third World Network, un influent think tank de Penang (Malaisie).

Le Global Health Watch 4 (GHW4) est une initiative mondiale d'activistes et d'universitaires. Plus de 80 spécialistes de la santé y ont apporté leur contribution. Les questions et les inégalités concernant la santé ont été placées dans un cadre élargi : facteurs économiques, protection sociale, droits de  propriété intellectuelle, violence de genre, etc. C'est ainsi que, dans une étude de cas réalisée M3M, a été examiné l'impact possible de l'industrie minière sur la santé publique dans des pays en voie de développement comme les Philippines.

Le GHW4 étudie également l'actuel débat sur le Universal Health Coverage (UHC). Ce débat se focalise de plus en plus sur les soins de santé privés. D'après le GHW4, cela se fait au détriment de l’accès universel à la santé et des systèmes alternatifs, financés avec de l'argent public, sont possibles.

Le GHW4 analyse aussi l'actuelle crise au sein de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). « Cette crise est la résultante des conditions spécifiques imposées par les donateurs financiers, mais certainement aussi du déficit structurel des fonds. L'OMS a un budget comparable à celui d'un grand hôpital en Europe. Avec ces fonds limités, il n'est donc pas évident de pouvoir endiguer une épidémie mondiale comme le SARS ou Ebola. Les réformes actuelles au sein de l'OMS risquent surtout de servir les intérêts des grandes entreprises. L'OMS risque de ce fait de perdre sa pertinence », explique David Legge, professeur de santé publique à La Trobe University, en Australie.

Enfin, l'Amérique latine reçoit également une place importante dans le rapport. L'impact du changement politique et social, de l'activisme en matière de santé et des initiatives alternatives dans la région est mis en évidence. 

Présentation officielle :

Jeudi 20 novembre 2014 à 18 , à l'Amazone (salle Hira), rue du Méridien 10, 1210 Bruxelles.
Chiara Bodini est activiste au sein du People’s Health Movement, collaboratrice politique de M3M et est également l'une des rédactrices finales du rapport. Elle viendra présenter le rapport en Belgique. Lut Joris (Be-cause Health) en assure une lecture critique.
 

8624 views