03/02/16

Le Mouvement Populaire pour la Santé : une organisation mondiale de la santé pour le peuple

Wim De Ceukelaire vient de rentrer de Bangkok. Le directeur de M3M a participé à l'assemblée du Mouvement Populaire pour la Santé. Une organisation mondiale de la santé mais, dans ce cas, uniquement pour le peuple et non pour l'industrie de la santé. C'est le moment de prendre un café.
Accroître la lutte contre la commercialisation des soins de santé

Qui est avec vous, ici, sur le photo ?

Ce sont toutes des personnes qui sont actives au sein du PHM, le People's Health Movement : le Mouvement Populaire pour la Santé. Chiara, notre collègue qui travaille depuis l'Italie, y figure aussi. Elle porte une écharpe bleue. M3M est assez actif au sein de ce mouvement international. Depuis sa fondation en 2000, nous menons tous une campagne mondiale pour le droit à la santé. Certains le font en tant qu'individus, d'autres au départ de mouvements sociaux, comme nous avec notre ONG. Nous soutenons le secrétariat du PHM et l'aidons sur le plan des finances.

La représentante pour l'Afrique y est aussi, avec sa robe rouge...

Oui, Linda était notre invitée l'an dernier, entre autres, à Médecine pour le Peuple et à ManiFiesta. D'autres reconnaîtront peut-être aussi Anneleen, Hani, Claudio, Amit et Andreas. Tous sont déjà venus au moins une fois chez nous à Bruxelles. Il faut bien se dire que ces contacts nous permettent d'apprendre beaucoup de choses les uns des autres. Et ce n'est pas qu'à sens unique, cela va vraiment dans les deux sens.

Toutes des personnes du groupe de direction...

Exact. Notre Steering Council (Conseil de direction) est une sorte d'assemblée générale qui compte en gros 25 membres et dans laquelle toutes les régions et aussi plusieurs responsables sont représentés. Huit d'entre eux forment le Bureau. Ils règlent la gestion et les tâches quotidiennes du Mouvement Populaire pour la Santé.

Vous ne vous réunissez qu'une fois par an ?

Non. Nous nous concertons bien plus souvent. Le Mouvement Populaire pour la Santé dispose de peu de moyens, mais nous ne nous réunissons pas si souvent parce que les assemblées internationales coûtent très, très cher. Sans oublier l'empreinte écologique de ce trafic aérien. C'est pourquoi nos réunions habituelles se font via Skype. Parfois, le matin, très tôt, je suis déjà devant mon ordinateur pour une réunion en ligne alors que, pour nos collègues des antipodes, c'est l'heure d'aller se coucher...

Se réunir coûte cher...

Nous essayons toutefois d'être présents tous ensemble physiquement au moins une fois par an. Pour épargner l'environnement et l'argent, nous le faisons de préférence en marge d'une autre activité. Fin janvier, il y avait une conférence à Bangkok, à laquelle plusieurs membres de notre réseau étaient invités. Ainsi, nous avons pu en tirer utilement parti et donc en profiter pour mettre sur pied notre propre assemblée du Mouvement Populaire pour la Santé. Il y avait des gens d'Australie, des Philippines, de l'Inde, du Pakistan, du Vietnam, de l'Égypte, de l'Afrique du Sud, d'Italie, d'Allemagne, de Belgique, du Royaume-Uni, du Mexique et de l'Argentine. Le Sud est resté sous-représenté du fait que nous devons nous montrer très économes avec les tickets. Mais grâce à la combinaison avec cette autre conférence, nous avons quand même pu nous réunir sans trop de frais supplémentaires.

Quel est le sujet qui attire le plus l'attention ?

La lutte pour le droit à la santé, que nous devons mener dans chaque pays. Dans les pays riches comme dans les pays pauvres. Partout, il s'agit d'une lutte pour des soins de santé publics fiables et pour des conditions de vie saines. Si nous pouvons unir toutes nos forces, nous aurons plus d'impact. Pour cela, des moyens sont nécessaires et c'est pourquoi, à Bangkok, les finances figuraient également à l'ordre du jour. Nous avons pris une décision importante : nous allons consacrer plus d'efforts pour coordonner sur le plan international la lutte contre la commercialisation générale des soins de santé.

Que va faire M3M avec les résultats de votre concertation ?

Nous avons élu un nouveau groupe de direction ainsi qu'un nouveau Bureau. Avec, comme présidents, David Sanders et Chiara Bodini. David est originaire de l'Afrique du Sud, il est pédiatre et professeur. Il est connu mondialement parce qu'il ose ruer dans les brancards d'institutions comme la Banque mondiale. Chiara est la coordinatrice du Mouvement Populaire pour la Santé en Europe. Vous voyez, M3M, Chiara et moi continuons à soutenir le Mouvement Populaire pour la Santé. C'est grandement nécessaire. Puis-je encore faire un peu de pub ? Les personnes qui font un don sur le compte de M3M et qui ajoutent que c'est pour le Mouvement Populaire pour la Santé ("PHM") soutiennent par la même occasion le mouvement populaire mondial pour le droit à la santé.

6188 views