18/03/14

Les organisations du secteur de la santé et les pauvres dénoncent la privatisation des hôpitaux

Le 27 février, plusieurs groupes de professionnels de la santé, des travailleurs, des étudiants et des employés ainsi que des membres de la famille des patients du Centre orthopédique philippin (Philippine Orthopedic Center – POC) se sont rassemblés devant la Cour Suprême et y ont mené une veillée aux chandelles pour protester contre la privatisation imminente du POC en particulier, et du secteur de la santé de manière générale.
La privatisation des services sociaux de base a toujours été préjudiciable aux Philippins.

La manifestation a été organisée après que la Cour Suprême ait seulement demandé au Ministère de la Santé et au Bureau du Président que ceux-ci répondent à la pétition soumise par plusieurs groupes s’opposant au projet de modernisation du POC donné à deux entreprises privées, Megawide Construction Corporation et World Citi Consortium. Les manifestants voulaient plutôt que la Cour Suprême adresse une ordonnance restrictive temporaire qui paralysera immédiatement le plan gouvernemental de privatisation du POC tant que la pétition sera toujours soumise à examen.

La directrice du CHD (Council for Health and Development), partenaire de M3M, le Dr. Eleanor Jara, qui est aussi la porte-parole de l’alliance Network Opposed to Privatization (« Réseau opposé à la privatisation ») a déclaré : « Nous espérons que les juges de la Cour Suprême ouvriront leur cœur et leur esprit aux patients pauvres qui seront très affectés par ce changement. Si l’Histoire nous apporte la preuve de quelque chose, c’est bien que la privatisation des services sociaux de base, tels que l’eau et l’électricité, a toujours été préjudiciable aux Philippins ».

Partenariat public-privé

La modernisation du POC s’effectue selon un partenariat public-privé (PPP) sous la tutelle de l’administration Aquino. Le POC est le premier hôpital d’état à être privatisé. Récemment, en réaction à l’opposition croissante envers la privatisation du POC, le Secrétaire à la Santé Enrique Ona a annoncé que les 72 hôpitaux dirigés par le Ministère de la Santé à travers le pays sont candidats au PPP. Le PPP a été établi en tant que programme phare du plan de développement du gouvernement Aquino. Il cherche à encourager la participation du secteur privé dans les infrastructures d’Etat par le biais de l’investissement, la construction, et la gestion. Son objectif principal est de créer des opportunités d’emploi, de fournir des services socio-économiques de base de façon efficace et de générer une croissance économique grâce aux économies du gouvernement.
Cependant, comme indiqué à plusieurs reprises par les opposants, lorsque les entreprises assument les responsabilités du gouvernement, ce n’est pas toujours dans l’intérêt de la population. Les grandes entreprises impliquées dans le PPP sont moins intéressées par l’accessibilité des services publics et le développement que par l’accumulation du profit. La prise en charge d’infrastructures gouvernementales par des entreprises privées, comme cela a été le cas pour l’eau, l’électricité et les services de transport, n’aboutit pas à une baisse des prix ou à des services plus efficaces et plus fiables. Au contraire, la population a depuis lors dû faire face à une envolée des prix et des services inefficaces. Afin d’accroître leur profit, les entreprises privées répugnent toujours à répondre aux besoins des plus pauvres et ont donc réduit les allocations versées à leurs travailleurs ou même réduit leurs effectifs.

De graves conséquences pour les patients et les employés peu fortunés

La privatisation du POC coûtera 5,6 milliards de pesos philippins et une fois celle-ci terminée, le POC deviendra l’hôpital orthopédique le plus moderne d’Asie du Sud-Est, a déclaré Enrique Ona. Actuellement, le POC est le seul hôpital du pays spécialisé dans les troubles orthopédiques.
Les manifestants ont également émis une objection quant à la disposition présente dans l’offre retenue, qui veut que le POC « modernisé » ne prévoie que 70 lits pour les patients pauvres (qui ne payent pas) et 420 pour les patients couverts par Philhealth, le programme national d’assurance maladie, contre 562 lits, soit 85% des capacités, pour les indigents aujourd’hui. La direction pourra aussi choisir de ne pas accueillir les patients qui ne payent pas si les 70 lits sont déjà occupés.
Les employés du POC ont peur de perdre leur emploi une fois que la direction sera reprise par les entreprises privées. Ils ont déclaré que la Ministère de la Santé leur avait offert des options pathétiques telles que démissionner pour repostuler ensuite auprès de la nouvelle direction. Ceux qui souhaitent rester dans des services du gouvernement devront attendre leur réaffectation dans d’autres hôpitaux d’état quand un poste se libère ou demander une retraite anticipée.
« La modernisation et l’efficacité ont été présentées comme des avantages découlant de la privatisation, mais les partisans de ce programme ont oublié de mentionner les graves conséquences pour les patients les plus pauvres, principalement pris en charge par les hôpitaux publics. Actuellement, les programmes de privatisation du secteur de la santé, tels que la sous-traitance des services laborantins des hôpitaux, sont déjà mis en œuvre par le gouvernement actuel. La prise en charge par ces entreprises privées a rendu les soins de santé encore moins accessibles et plus coûteux pour la majorité de la population. Qu’en sera-t-il quand tout l’hôpital sera privatisé ? », a déclaré le Dr. Jara.

5830 views