27/11/17

Les soins de santé à Gaza, une dure réalité [video]

Émouvante et révoltante à la fois, voici la réalité quotidienne vécue par les Gazaoui-e-s. Plus que jamais la mobilisation est nécessaire pour mettre fin au blocus que subit la bande de Gaza par Israël depuis 10 longues années.
En 2016, près de 1/3 des patients se sont vu refuser ces documents indispensables pour sortir de la bande de Gaza et se faire soigner - Medical Aid for Palestinians

La video , faite par notre partenaire palestinien Al Marsad,   reprent divers témoignages d'habitant-e-s de la bande Gaza sur leur accès aux soins de santé. Notamment en ce qui concerne les patient-e-s nécessitant des soins de santé spécialisés uniquement disponible en dehors de la bande de Gaza. 

Se faire soigner en dehors de la bande de Gaza, un parcours du combattant.

La bande de Gaza, petit territoire de 365 km² et peuplé d'un peu moins de 2 millions d'habitants, est l'objet d'un blocus draconien par Israël depuis maintenant dix ans. Bien qu'ayant plusieurs centres de santé primaires et secondaires et possédant quelques hôpitaux, la bande de Gaza manque cruellement de médecins à la pointe, de nouvelles technologies et de médicaments en nombre suffisant. Ainsi, les traitements des maladies cardiaques, les traitements d'oncologie, les dialyses infantiles, les chirurgies ophtalmologiques complexes et les services de réhabilitation ne sont pas disponibles à l'intérieur de la bande de Gaza et doivent être prodigués dans des hôpitaux en Israël ou à Jérusalem.

Lorsque qu'un patient nécessite d'être référencé à un hôpital hors de la bande de Gaza, c'est là que le parcours du combattant commence. Chez nous, il suffirait de s'inquiéter du transfert du dossier et de la prise du rendez-vous avec le praticien de l'hôpital recommandé. En cas de transfert médicalisé par ambulance, c'est à l'hôpital de prendre en charge les démarches et de fournir une ambulance et une assistance médicalisée pour faire le trajet.

Pour les Palestiniens de Gaza, il y a deux étapes supplémentaires de taille : 1) que le Ministère de la santé de l'Autorité palestinienne facilite les démarches administratives, et 2) de recevoir le permis de sortie de la part d'Israël afin de pouvoir passer le point de passage d'Erez.

Dans le cas où ces deux conditions sont remplies, les patients ne nécessitant pas une prise en charge par ambulance doivent se rendre au point de passage d'Erez et subir tous les contrôles et fouilles au checkpoint. Cela peut prendre entre 1h à 3h. Si le transfert du patient se fait par ambulance, cette dernière sera fouillée à Erez et le délai d'attente peut aller jusqu'à une heure. Une seconde ambulance reprend le patient de l'autre côté du poste-frontière et le conduit jusqu'à l'hôpital désigné.

Obtenir le permis de sortie de la part d'Israël est loin d'être facile : en 2016, près d' 1/3 des patient-e-s se sont vu refuser ces documents indispensables pour se faire soigner hors de la bande de Gaza (1). Sans ces soins, les risques de complications ou de décès ne cessent d'augmenter.

 

Que font M3M et ses partenaires palestiniens ?

Notre partenaire Al Marsad mène un plaidoyer actif auprès de l'Autorité palestinienne et particulièrement du Ministère de la Santé basé à Ramallah afin que ce dernier accélère le processus de suivi administratif des demandes de transferts et exige d'Israël le respect du droit international et humanitaire.

En parallèle, nos partenaires, tout comme M3M, ont répondu à l'appel lancé en 2005 par le mouvement palestinien pour le BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions). Prenant modèle sur la campagne de boycott menée envers le gouvernement de l’Afrique du Sud et sa politique d’apartheid dans les années '70 et '80, le mouvement social palestinien enjoint les citoyens du monde à mener une campagne internationale de boycott des produits israéliens, d’appel au désinvestissement des compagnies complices de violations des droits humains en Palestine et à des sanctions envers l’État d’Israël,  jusqu’à ce que celui-ci respecte le droit international et reconnaisse les droits légitimes des Palestiniens.

 

2036 views