11/04/12

Nourriture et biocarburants

De nos jours, à peine la moitié de la production mondiale de céréales est destinée directement à la consommation humaine. D’une part parce que les produits agricoles sont de plus en plus utilisés pour l'alimentation animale. La production de viande est pourtant peu efficace. Pour produire un kilo de viande, il faut jusqu’à 16 kilos de céréales et il faut 11 fois plus de combustibles fossiles pour produire 1 calorie de protéine animale que pour produire des protéines végétales.
The effect of transforming hundreds and hundreds of thousands of tons of maize, of wheat, of beans, of palm oil, into agricultural fuel is absolutely catastrophic for the hungry people. So it's a crime against humanity. (Jean Ziegler, ex-Rapporteur ONU)

Cependant, si la consommation de viande augmente régulièrement depuis plusieurs décennies, une des causes de la crise alimentaire actuelle est l'augmentation récente de la conversion des terres pour les biocarburants. Maïs, soja, huile de palme etc. sont plantés massivement pour en faire du carburant.
Pour l'Europe et les États-Unis, il s’agit d'une stratégie visant à réduire leur dépendance vis-à-vis du pétrole. La hausse des prix du pétrole et la prise de conscience que les stocks de pétrole seront épuisés dans quelques décennies font que ces biocarburants sont devenus particulièrement attrayants.

Les États-Unis et le Brésil sont les principaux producteurs de bioéthanol. Aux États-Unis, près d'un tiers du maïs est transformé en éthanol. La canne à sucre est elle aussi, à côté du maïs, une source importante de bioéthanol. Le biodiesel est quant à lui largement une affaire européenne. L'Allemagne et la France en assument les deux tiers de la production mondiale. L'Union européenne exige qu’en 2020 les biocarburants couvrent 10% de ses besoins énergétiques.

La production à grande échelle de biocarburants signifie néanmoins une nouvelle perte de la biodiversité. Par ailleurs, une nouvelle hausse des prix des denrées alimentaires est attendue. Cela avantage certes les gros producteurs d'aliments, mais les pauvres, les paysans sans terre et les citadins pauvres vont une fois encore en souffrir.
 

Merci à Jos Convié, Monique Crocq et Isabelle Hubert pour la traduction.

 

 

Photo: IFRC on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Plus du dossier Souveraineté alimentaire

11/04/12
Peu après la décolonisation, il y a environ 50 ans, les pays en voie de développement enregistraient un excédent commercial de produits agricoles d'environ 1 milliard de dollars.
11/04/12
Au cours des dernières décennies, l'industrie alimentaire s’est fortement concentrée dans les mains de quelques grandes multinationales.
11/04/12
De nos jours, à peine la moitié de la production mondiale de céréales est destinée directement à la consommation humaine.
11/04/12
La spéculation autour des denrées alimentaires n’est pas vraiment un phénomène récent.
11/04/12
Le mouvement populaire au Nord et au Sud préconise la souveraineté alimentaire comme réponse à la crise alimentaire chronique.
11/04/12
Jamais auparavant dans l’Histoire il n’y a eu plus de gens ayant faim que dans les dernières années. Leur nombre varie autour d’un milliard.
11/04/12
Foto: IFRC on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0) http://www.flickr.com/photos/ifrc/3099606131/
L’agriculture a beaucoup changé ces dernières décennies. Dans le Nord, l’agriculture à grande échelle et industrialisée est devenue le principal fournisseur de nourriture.
6783 views