28/11/17

Philippines : Deux militants des droits de l'homme tués à Negros

Deux militants des droits de l'homme ont été tués de sang froid sur l'île de Negros, au milieu de l'archipel des Philippines. Il s'agit d'Elisa Badayos, responsable de la section régionale de l'organisation de défense des droits de l'homme KARAPATAN, une organisation partenaire de M3M, et d'un leader paysan local.

M3M condamne ce double assassinat et exprime ses condoléances aux victimes et à leurs proches.

Les victimes faisaient partie d'une commission de recherche forte de 30 membres qui venait examiner les violations des droits de l'homme dans la commune de Bayawan, dans la province de Negros Oriental. Ce matin, ils ont été retenus et menacés par des mercenaires armés envoyés par le bourgmestre de Bayawan. Après négociations, ils ont pu poursuivre leur chemin.

Peu après midi, Elisa Badayos ainsi que deux autres membres de l'équipe et le leader paysan local, Eleuterio Moises, ont décidé de porter plainte contre les hommes armés. Sur le chemin du commissariat de police, ils ont été la cible de tirs. Badayos et le leader paysan ont été tués et une troisième victime grièvement blessée a été emmenée à l'hôpital.

Elisa Badayos était une activiste expérimentée. Elle s'était engagée dans le combat pour les droits de l'homme après la disparition de son mari, Jimmy Badayos, un leader syndical qui a disparu après son arrestation en 1990 et que l'on n'a jamais retrouvé.

Le Président Duterte a les organisations progressistes dans son viseur

Tinay Palabay, secrétaire générale de KARAPATAN, a immédiatement condamné, depuis Manille, cette nouvelle attaque visant des militants des droits de l'homme. “Sous le président Duterte, l'espace pour la lutte pour les droits de l'homme se rétrécit à vue d'oeil”, a-t-elle déclaré.

Elle replace ainsi cette attaque dans le cadre du climat politique général aux Philippines, où les défenseurs des droits de l'homme sont de plus en plus visés. Il y a dix jours à peine, le président Duterte promettait ouvertement de s'en prendre à des organisations progressistes telles que KARAPATAN. Depuis lors, au moins 11 défenseurs des droits de l'homme ont été arrêtés lors de deux incidents.

Mais même avant, KARAPATAN a enregistré des dizaines de cas d'arrestations de militants des droits de l'homme, de travailleurs dans le domaine du développement et de leaders paysans. Depuis l'entrée en fonction du président Duterte il y a un peu plus d'un an, on compte 88 assassinats politiques et 134 incarcérations politiques.

Le 11 décembre 2017, Tinay Palabay, secrétaire générale de KARAPATAN, sera en Belgique et participera à notre action “Stop the Killings”. M3M mènera une campagne de soutien à KARAPATAN pendant tout le mois de décembre:

Plus sur ce sujet

17/01
En décembre 2017 nous avons mené une campagne afin de renforcer la voix des activistes philippins des droits de l’homme. Voici le résultat :
11/12
435 activistes philippins croupissent pour l'instant en prison. Ils subissent menaces et arrestations parce qu'ils défendent les droits de leurs concitoyens.
1966 views