30/11/13

Secours et rééquilibrage: L'armée américaine aux Philippines à la suite de Haiyan

Beaucoup de Philippins donnaient l’impression d’accueillir les troupes américaines venant secourir les victimes du typhon Haiyan, considéré comme l'une des tempêtes les plus fortes enregistrée dans l'histoire. Le désastre était tout simplement trop important et le gouvernement philippin incompétent, désorganisé et mal préparé pour répondre aux besoins des victimes.
Il est clair que l'intérêt national auquel Bogias fait référence n’est pas les Philippines en tant que tel, mais plutôt les intérêts économiques et sécuritaires stratégiques des Etats-Unis en Asie.

C'est au cours des premières 48 heures qui ont suivi  la tempête que les forces américaines se sont établies dans la région de Visayas Est. En quelques jours, des forces aériennes et navales américaines ont été déplacées du Japon versTacloban City Leyte. Environ 300 forces américaines ont d'abord été déployées. Dans la première semaine de la catastrophe, le ministère américain de la Défense a déclaré qu'il souhaiterait augmenter sa présence sur le terrain de 1.000 soldats américains. L'USS George Washington est également arrivé de Hong Kong et a été stationné au large l'île de Samar. Environ 8000 soldats américains auraient été impliqués dans les opérations de secours.

Le 15 novembre, le présentateur Noli de Castro, ancien vice-président des Philippines, a déclaré que les troupes américaines dirigeaient le trafic aérien à l'aéroport de Tacloban.

Les États-Unis ont une longue histoire avec les îles Samar et Leyte. C'est en effet dans cette région que les Philippins ont combattu les colonisateurs américains, entraînant le massacre Balanggiga des troupes américaines en 1901. En représailles du massacre, Samar a été déclarée “désert hurlant" par le général américain Jacob Smith, qui a ordonné la mise à mort de tous les hommes âgés de plus de 10 ans capables de porter les armes. Depuis lors, les cloches de l'église de la ville de Balanggiga prises par les soldats américains sont toujours détenues par les américains car considérés comme des trophées de guerre.  Le général Douglas MacArthur, qui a atterri à Leyte avec les dirigeants philippins,  était perçu comme l'américain qui a »libéreé » les Philippines  des  colonisateurs japonais, il est vrai, mais en  plongeant  les Philippines dans une néo-colonie américaines,  se retrouvant avec deux des plus grandes bases militaires des États-Unis à l'étranger.

Le retour des soldats américains à Leyte est apparu comme une sorte de «seconde venue» de MacArthur.  Les troupes américaines aident à apporter des secours en  biens et à évacuer les personnes des zones sinistrées. Certes, les États-Unis  sont considérés comme  étant  "les libérateurs" des personnes de la faim et du désespoir.

Mais derrière cette rhétorique humanitaire et la démonstration de force militaire, cette superpuissance qui nous appelle son "ami spécial" exerce une politique qui dérange.  Certains ont en effet ouvertement critiqué les efforts humanitaires des États-Unis, considérés comme une excellente manière de rétablir leur présence aux Philippines plus de deux décennies après le démantèlement des bases américaines. Ils n’ont pas manqué de souligner  que la soi-disant mission humanitaire américaine est arrivée juste au bon moment, lorsque les gouvernements des États-Unis négociaient  un accès accru à des installations militaires avec – et aux Philippines.

Dans un éditorial révélateur sur USA Today, Jonah Blank a déclaré que «le déploiement des ressources militaires de secours en cas de catastrophes est un investissement à long terme remarquablement efficace - et peu coûteux -”.
"Le cout de l’un de ses plus grands déploiements dans l'histoire, le déploiement du porte-avions USS Abraham Lincoln et autres actifs après le tsunami asiatique de 2004, a été estimé à $ 857 000 000. C'est plus ou moins le prix d’une opération de trois jours en Afghanistan l'année dernière ", a déclaré Blank.

Comme pour tout investissement, les États-Unis espèrent obtenir des retombées positives de son engagement dans les Visayas orientales, comme l'explique Blank. " La plus-value que le secours apporté suite au tsunami a apporté aux États-Unis est incalculable. Près d'une décennie plus tard, l'effort peut être classé comme l'une des raisons les plus concrètes pour laquelle  les nations d'Asie du Sud font confiance à l'engagement à long terme des États-Unis dans une stratégie de rééquilibrage asiatique. L'administration Obama reconnaît la  valeur  des opérations de secours. Il est vrai que Le Pentagone tente de changer son impact  dans la région Asie-Pacifique, tout en équilibrant un budget en baisse, ce qui pourrait se révéler être l'une des meilleures décisions qu'il pourrait prendre, " a déclaré Blank.

Blank, d’ailleurs, se décrit comme un "politologue expérimenté»  du think tank conservateur RAND Corporation, lequel fournit des services de recherche  aux forces armées américaines et qui est financé par le gouvernement américain. Il a également travaillé en tant que directeur des politiques de la Commission des relations étrangères du Sénat américain.

Jonathan Bogais de l'Université de Sydney considère également le déploiement américain dans les Visayas orientales comme faisant partie des négociations en cours pour un plus grand accès militaire américain aux Philippines. Il cite la présence  tournante des troupes américaines à Mindanao, la mise en place d'un entrepreneur privée de défense américaine à Subic au service de navires de guerre américains, et les tensions entre la Chine et les Philippines comme  les problèmes actuels liés à l'expansion de la présence américaine  dans le pays.

" Au milieu de cette tragédie humanitaire, le typhon Haiyan a permis aux États-Unis de faire preuve de solidarité à son allié du Pacifique. Il a également permis aux États-Unis d'envoyer un message clair à la Chine qu'il possède la puissance nécessaire pour intervenir dans les plus brefs délais dans la région pour protéger ses intérêts nationaux s’l l'estime nécessaire ", a déclaré Bogais.

Il est clair que l'intérêt national auquel Bogias fait référence n’est pas les Philippines en tant que tel, mais plutôt les intérêts économiques et sécuritaires stratégiques des Etats-Unis en Asie.

Dans un autre article intitulé  «Les opérations d'aide militaire aident à promouvoir les intérêts américains", Dan De Luce de l'Agence France-Presse note que «le déploiement rapide des navires de la marine américaine, des avions-cargos, des hélicoptères et des troupes aux Philippines après le typhon Haiyan souligne l'importance croissante de l'Amérique aux missions de secours en cas de catastrophes. Celles-ci sont considérées comme un outil stratégique permettant aux États-Unis d'exercer un «soft power» par des moyens généralement liés à du "hard power".

"Les efforts de secours de l'armée américaine aux Philippines, ravagé par la tempête, sauvent  des vies, mais aussi montrent  comment les opérations humanitaires  promeuvent les intérêts de Washington dans la région Asie-Pacifique », explique l'article.

L'importance croissante de la réponse aux catastrophes est également évidente lors des exercices annuels de Balikatan entre les États-Unis et les Philippines. Justifiant la présence permanente et continue de l'armée américaine dans le pays en vertu de l'Accord sur les forces étrangères. Au cours de ces exercices, les États-Unis  peuvent projeter leur puissance militaire dans la région et affirmer leur rôle en tant que puissance du Pacifique.

"C'est (réponse en cas de catastrophe) un exemple classique de la raison pour laquelle nous devons être proactifs dans le déploiement et dans l’engagement , pourquoi nous menons une coopération de sécurité sur le terrain, pourquoi nous établissons ces relations," De Luce cite un haut responsable du Corps des Marines.

"La rapidité avec laquelle les forces américaines sont en mesure de répondre au Typhon Haiyan met en évidence l'importance de l'aide humanitaire et des exercices de secours en cas de catastrophe que nous effectuons régulièrement dans la région Asie-Pacifique», de Luce cite le porte-parole du Pentagone George Little déclaré lors d'une conférence de presse mardi.

De Luce note par ailleurs que le déploiement américain dans les Visayas orientales a eu lieu pendant les négociations d’élargissement de l'accès des États-Unis aux bases et ports des Philippines.
Enfin, les dires du secrétaire des affaires étrangères des Philippines Alberto del Rosario sont là pour confirmer nos soupçons.
"Ce que nous avons vu dans les Philippines centrales à la suite de ce typhon au niveau de l'assistance fournie en termes d'opération de secours et de sauvetage ... démontre  la nécessité de cet accord-cadre  auquel nous travaillons avec les États-Unis pour une présence accrue en alterance. Il pointe l'un des principaux objectifs de ce cadre, qui est de faire de l'aide humanitaire et de secours  en cas de catastrophes l'un des principaux aspects de cet accord, " a déclaré del Rosario aux médias.

Del Rosario  en arrive presque à quémander à l'armée américaine de rétablir des bases permanentes dans le pays. Car, les typhons détruisent les Philippines quasi annuellement, le pays faisant déjà partie de la ceinture sismique. Les catastrophes sont presque une certitude dans ce pays.

Du point de vue de la négociation, Del Rosario a par ailleurs montré que nous avons besoin d'eux plus qu'ils n'ont besoin de nous. Il a joué cartes sur table et a donné l'avantage aux États-Unis.

Del Rosario affirme également un fait bien connu:  le gouvernement Aquino n'a encore aucun plan à long terme pour faire face aux catastrophes;  et serait probablement capable que d’attendre le prochain porte-avions américain pour nous renflouer en cas de nouvelle catastrophe. La réponse aux catastrophes, une fonction de base du gouvernement national, dépend désormais d'une armée étrangère.

Certains diront toutefois que la philanthropie est la philanthropie, quelles que soient les motivations. Ces C-130s et Ospreys ont soulagés et portés secours aux communautés livrées aux ravages de la tempête, quel que soit les intérêts géopolitiques en jeu. Qui pourrait contester le fait que les victimes du typhon ont été transportées hors de la province? Ou que des vivres ont été parachutés par des hélicoptères américains?

L'activiste et blogueur américain David L. Swanson réagit à la mise en place des États-Unis par ceci: «La bonne volonté dépend de la non domination des personnes, tant économiquement que militairement -ce qui semble être exactement l'objectif (des opérations)". Il  condamne  les suggestions de Blank d'utiliser des opérations de secours pour stimuler la présence des États-Unis aux Philippines comme étant  "tirer profit de la souffrance des Philippins".

Comme l'a dit de Luce dans son article de l'AFP, la mission de secours des États-Unis a sauvé des vies, mais dans un processus de promotion des intérêts géopolitiques américains. Le déploiement militaire n'a pas toujours comme motivation l’aide humanitaire. L'objectif principal de déploiement militaire, c'est la guerre, ou la préparation à la guerre, ce que les États-Unis ont entrepris à travers leur rééquilibrage ou pivot envers l'Asie. Les États-Unis pré-positionnement des troupes et des armes en Asie non pas parce qu'ils  veulent être les premiers à aider le prochain pays qui serait touché par une tempête, mais parce qu'ils  veulent renforcer leur position en tant que puissance mondiale, capable d'imposer  leur volonté à d'autres pays. 

Compte tenu des dernières déclarations de del Rosario, il semble maintenant que les Philippines sont sur le point de conclure un accord qui permettrait de facto l’installation entre autre d’une base américaine  à Subic et Clark. Pour rendre cette proposition acceptable, le gouvernement Aquino va simplement montrera probalement les images de Haiyan et Tacloban.  Sans aucune intention de développer leur autonomie et la capacité à se préparer à des catastrophes futures. Sans aucune intention de sécuriser les personnes les plus vulnérables, avant l’arrivée d’aide étrangère. Peu importe la souveraineté.
Aquino ne peut qu’invoquer l'incompétence de son gouvernement pour justifier son asservissement.

[Ce texte a été écrit par Renato Reyes, dans son blog 'Like a rolling stone', article en anglais: http://natoreyes.wordpress.com/2013/11/30/relief-and-rebalancing-the-us-military-in-the-philippines-in-the-aftermath-of-haiyan/ ]

[traduit par Michèle Busquin et Audrey Duplat]

 

Plus sur ce sujet

08/04
Lars, bénévole pour M3M aux Philippines, est allé à une réunion pour évaluer les Missions SOS (Samahan Operasyong Sagip).
04/03
Le 8 novembre 2013, l'enfer se déchaînait sur les îles du centre des Philippines.
17/02
Voici un témoignage d'Andrew qui travaille pour M3M aux Philippines. Quatre mois se sont passés depuis le passage du super typhon Haiyan aux Philippines.
2920 views